8:00 - jeudi décembre 8, 2016

So fucking what!!

Oct 28, 2011 181 Vues Elcameleon 0 Commentaires

Dans le monde de la musique, il est compliqué de déterminer la date officielle de naissance d’un groupe. Elle se situe aprés le premier concert, quand le choix du nom du groupe est arrêté, les premières répétitions.

Plus ou moins officiellement, il y a 30 ans, un groupe allait faire grand bruit dans le monde du métal. Bien que certains membres n’étaient pas là depuis le début, Metallica s’est fondé sur la rencontre entre James HETFIELD, guitariste et chanteur, et Lars ULRICH, le batteur. Dave MUSTAINE à la guitare rythmique et Ron MCGOVNEY, à la basse, complétaient le quatuor. Le premier succés fut « Hit the Lights« , présent sur un album Metal Massacre. Puis les premiers concerts sont joués avec une dizaine, principalement des reprises, pour deux oeuvres classiques dont « Hit the Lights« .

En 1982, les premières tensions apparaissent, avec notamment une bagarre entre HETFIELD et MUSTAINE, pour une histoire encore assez obscure. Mais ce fut McGOVNEY qui partit en premier, remplacé par le génialissime Cliff BURTON, débauché de la formation Trauma. Cette même année, ils enregistrent le titre « No Life ’til Leather » sur le nouveau pressage de Metal Massacre. Mais les activités extra-musicales de MUSTAINE nuisent de plus en plus au groupe, et des incidents durant un voyage entre San Franscico et New York, provoqua son renvoi. Il fut remplacé par Kirk HAMMET, guitariste actuel de Metallica. De son côté, MUSTAINE alla fonder le groupe conccurent de Metallica: Megadeth.

Le 10 mai 1983, le groupe entre en studio pour l’enregistrement de son premier album « Kill’Em All » qui sortira la même année. L’année suivante, le groupe sort leur second album « Ride the Lightning » qui présente des classiques du groupe avec la semi-ballade (Fade to Black), un morceau instrumental (The Call of Ktulu) et surtout, un des morceaux les plus joués sur scéne, que l’on peut entendre sur le générique de « Bienvenue à ZombieLand » : From Whom the Bells Tolls.
Tête de pont du trash-métal, Metallica sortit en 1986 l’un des meilleurs albums de trash-métal de tous les temps, Master of Puppets. Comme pour « Nevermind » de Nirvana, rien n’est à jeter dans cet album. Il commence par un guitare séche, et le rythme augmente pour donner le morceau « Battery« . Le second titre est éponyme de l’album « Master of Puppets » qui parle de la dépendance aux drogues, sans oublier « (Welcome home) Sanitarium » ou encore l’instrumental « Orion » . Malheureusement, la même année, lors d’une tournée en Scandinavie, le bus qui les transporte fait une embardée. Cliff BURTON meurt sur le coup.
Pour le remplacer, les autres groupes choisissent le bassiste Jason NEWSTED, qui quittera le groupe en 2003.

Aprés l’album « Master of Puppets« , fin 88, l’album « … And Justice for All » sort dans les bacs avec notammenet le morceau One. Aprés plusieurs tournées, et du repos, Metallica choisit de faire produire le prochain album par Bob ROCK. De cette union naquit le Black album, qui est, à ce jour, le plus gros succès du groupe, malgré son côté « grand public« , à la différence des premiers opus. Sur cet album, le marchand de sable ouvre le bal et « Enter Sandman » devient un des morceaux phares du groupe. A noter sur cet album la présence de deux ballades (qui feront dire à certains que Metallica se « ramollit ») « The Unforgiven » et surtout « Nothing Else Matters » que HETFIELD a écrit en sortant ses tripes sur papier. Metallica est connu de beaucoup et le Black album est vendu à plusieurs millions d’albums à travers le monde.

Puis les années 90 furent marquées par deux albums plus « décevants », qui ont connu moins de succés, à savoir « Load » et « Re-Load« . En 1998, Metallica joue avec l’orchestre symphonique de San Franscico sous la direction de Michael KAMEN. Les concerts sont enregistrés et sortent en DVD. En 2003, suite au départ de Jason NEWSTED, le groupe se retrouve pied au mur, avec l’obligation de sortir un nouvel album. Cet album se fera dans la douleur, James HETFIELD rentrant en cure de désintoxication pour sa dépendance à l’alcool, ce qui conduit Lars ULRICH à mettre en doute l’avenir du groupe. D’ailleurs, le groupe est suivi, à cet période, par un coach en relation. De cet enregistrement, un documentaire brut sort en DVD sous le nom de « Some Kind of Monster » (une des chansons de l’album), où peu de choses sont cachées. « St Anger » marque le retour à du métal brut malgré les critiques sur la sonorité de la batterie de Lars ULRICH. A la même période, Robert TRUJILLO est engagé à la basse.

En 2008, le neuvième album « Death Magnetic » sort dans les bacs. Ce dernier commence par un battement de coeur, Metallica n’est pas mort et repart de plus belle. Oublier l’affaire Napster, oublier les tensions à l’intérieur du groupe et même avec d’autres groupes comme MEGADETH, ce qui permettra de voir The Big Four (avec Anthrax et Slayers) sur scéne à travers le monde.

Dans quelques jours, le nouvel album, en collaboration avec Lou REED, « LULU » sortira dans le monde entier, ce qui conduira à une nouvelle tournée.
Metallica a 30 ans, Metallica n’est pas mort.

Faire un listing complet de leur discographie aurait été rédhibitoire, alors voici les photos des différents albums du groupe durant toutes ces années:

Vos réactions