9:07 - lundi mai 29, 2017

Une détenue accusée de viol sur sa fille, libérée à cause d’une erreur de fax

361 Vues Malay N. 0 Commentaires

Décidément rien ne va plus au tribunal et les dysfonctionnements semblent vouloir s’accumuler. Trois semaines seulement après la remise en liberté controversée d’un détenu soupçonné de meurtre en région parisienne (raison invoquée : il n’y avait pas assez d’encre dans le fax ce qui a empêché la transmission d’un document dans les délais légaux), une femme soupçonnée de viol envers sa fille a été relâchée.

Et pour cause, une absence de procédure qui a permis à l’avocat d’annuler l’ordonnance de prolongation de détention de sa cliente. Couac administratif digne des plus grands gags de l’histoire.
Les faits remontent à 2012, la mère est soupçonné d’avoir livré sa fille de 5 ans à un pédophile rencontré sur internet. Amenée d’urgence à l’hôpital le médecin à constaté des traces de torture sur cette dernière.

La mère avouera son crime en garde à vue. Cette nouvelle erreur administrative engendre de nouveau une polémique. A qui va t on incriminer cette faute ?

Manque de moyens humains (surcharge de travail administratif), restrictions budgétaires ..

Source: Leparisien

Vous aimerez lire

Boulogne-Billancourt : une fillette de 4 ans mirac... Photo d'illustration creative common / Attribution-Share Alike 3.0 UnportedUne fillette de 4 ans a survécu miraculeusement, à une chute vertigineu...
Sainte-Geneviève-des-Bois: Les braqueurs attaquent... Plusieurs malfaiteurs ont réalisé une série de braquage dans la nuit de samedi à dimanche. Ces derniers ont tout d'abord tenter de cambrioler un magas...
Un enterrement de vie de garçon qui vire au drame Un homme de 39 ans a été découvert mort dimanche matin par un groupe de motard. L'homme originaire de Haute-Savoir faisait partie d'une groupe d'amie ...
Cinq ans de prison pour avoir tué son bébé! En décembre 2009, à Cognac (Charente), un père de famille, âgé à l'époque de 25 ans, avait, dans un excès de colère, secoué à mort son bébé. Il n'avai...

Vos réactions