2:48 - dimanche décembre 11, 2016

Le maire FN supprime le local de la Ligue des Droits de l’Homme !

Avr 9, 2014 188 Vues Mathilde F. 0 Commentaires

Élu depuis  le 23 mars, le maire du Front National, Steeve Briois fait déjà parler de lui en annonçant la fin de la subvention et de la gratuité du local à la Ligue des Droits de l’Homme, les qualifiant d’avantages illégaux.

Le maire qualifie la LDH comme une association d’extrême gauche qui occupe illégalement les locaux de la mairie. Il s’explique en disant que l’État n’a pas le droit de subventionné une politisée et partisane. Il utilise les indications donnés par le Conseil d’État qui disent qu’il est impossible de soutenir financièrement une association qui lutte contre une entité politique légalement reconnu.

La LDH combat effectivement l’extrême droite et surtout le racisme, c’est une association qui lutte pour les droits de l’homme et qui n’a pas de parti politique, elle est indépendante.

Le maire FN s’attaque au journaliste qui a diffusé l’information :

    « un pseudo journaliste de France Info dénommée Lemaire à la recherche du buzz, fait la une de l’édition matinale en reprochant à la municipalité de respecter la loi ! « 

Il défend son acte répressif en utilisant un arrêté du conseil d’État datant de 2002 concernant la LICRA (Ligue International Contre le Rascisme et l’Antisémitisme) où la subvention accordée avait été annulée au motif que celle-ci s’était opposé à un parti légalement reconnu, en l’occurrence le FN dans la commune de Draguignan.

Le président de la section locale de la LDH a répondu à la presse :

    « Nous sommes une association citoyenne de défense des droits de l’Homme. Steeve Briois veut toujours chercher à accréditer l’idée que nous n’existons qu’au moment des campagnes électorales pour nuire au Front national, ce qui est complétement faux. Nous n’allons pas baisser les bras et nous n’allons pas déserter le terrain, ni abandonner le combat. »

Il explique qu’il s’attendait à cette décision depuis que le nouveau maire avait déclaré que les droits de  l’Homme continueraient à être respectées mais sans la Ligue des droits de l’Homme. Alain Puvot a déjà pris des contacts pour trouver un autre point de chute dans l’agglomération.

l’Article a été lu [post_view time= »day »] fois aujourd’hui et lu [post_view] fois au total.

Vos réactions

Filed in