9:12 - vendredi décembre 9, 2016

Forte explosion entendue de Bordeaux à La Rochelle : c’était un rafale !

Mai 5, 2014 216 Vues Mathilde F. 0 Commentaires

Dimanche après-midi un avion de chasse Rafale a porté assistance à un avion de ligne qui allait de Rome à Washington et qui se retrouvait en panne de radio. Le Rafale a provoqué une forte détonation quand il est passé en mode supersonique, il a décollé de la base aérienne BA-118 de Mont-de-Marsan (Landes) car le contact radio était perdu avec l’avion de ligne qui s’écartait légèrement de sa trajectoire, d’après la base et le Service d’information de l’armée de l’Air (Sirpa-Air). La procédure normale dans ce genre de scénario a été mise en œuvre.

Il s’agirait d’un Boeing de la société United Airlines mais l’information n’a été ni confirmée ni infirmée par la compagnie aérienne. Pour le rejoindre le plus vite possible, l’avion de chasse a atteint le mur du son soit 1000 km/h, il se trouvait à 10 000 mètres (35 000 pieds) et à une centaine de kilomètres au sud de Bordeaux à ce moment-là. Il a atteint son objectif en 10 minutes, entre La Roche-sur-Yon (Vendée) et Nantes (Loire-Atlantique) où le contact radio a été rétabli, l’avion d’United Airlines a pu reprendre sa trajectoire initiale.

Lors de ce type de procédure, l’avion de chasse se positionne le plus près possible de l’avion de ligne à sa gauche car c’est l’endroit où se situe le cockpit et où se trouve le commandant de bord. Le dialogue commence alors entre les deux pilotes à l’aide d’un système de signes internationaux qui permettent de déterminer le problème rencontré par l’appareil. Le Sirpa-Air explique que l’armée de l’Air a effectué près de 70 interventions de ce genre en 2013.

  « C’est une intervention normale qui a été menée dimanche comme nous en faisons plusieurs dizaines par an ».

Selon les pompiers de Gironde et de Charente-Maritime, la détonation a été tellement forte que beaucoup d’appels ont été passés par les gens inquiets. C’est dans la frange ouest de Bordeaux que le bruit a été le plus intense. Le CODIS (centre opérationnel départemental d’incendie et de secours) de Gironde a été submergés d’appels, il a d’ailleurs fallu renforcer rapidement les effectifs pour répondre à la demande. En Charente-Maritime, les pompiers aussi ont reçu de nombreux appels de Royan à La Rochelle en passant par l’île d’Oléron.

l’Article a été lu [post_view time= »day »] fois aujourd’hui et lu [post_view] fois au total.

Vos réactions

Filed in