10:25 - lundi décembre 5, 2016

« La fille de coeur » de Jacques Chirac lève le voile sur les secrets d’un clan

Juin 7, 2014 227 Vues Eric F. 0 Commentaires
single-thumb.jpg

Anh Dao Traxel, narre dans un ouvrage paru ce jeudi, Chirac : une famille pas ordinaire, son histoire personnelle si singulière. Dans ce livre, cette « fille de coeur » (mais pas adoptive) de l’ex-chef de l’Etat, avoue être ballotée entre deux ressentis aux antipodes l’un de l’autre :  amertume et tendresse. Le fait de ne pas avoir vu Jacques Chirac depuis deux ans en est la cause.

Arrivée du Vietnam en France en juillet 1979, à l’âge de 22 ans, Anh Dao Traxel devait initialement être accueillie par la famille du directeur de cabinet de Jacques Chirac, Bernard Billaud. « Bernard voulait me récupérer, mais la personne que j’ai rencontrée et que j’ai vue en levant la tête, c’est Jacques Chirac « , témoigne-t-elle sur l’antenne de France Info. Elle a passé ensuite deux années de sa vie avec lui.

« Au fond de moi, il y a une blessure qui ne guérit pas », avoue non sans une certaine tristesse, Anh Dao Traxel au Parisien Magazine. Elle exprime notamment son incompréhension d’être « coupée » du clan depuis des années, d’où la genèse de ce livre afin pour elle de « dire que je fais encore partie de cette famille, que je n’oublie pas ce que j’ai vécu avec eux. »

Ses bienfaiteurs l’ont-ils manipulée comme joker électoral séduisant ? « J’étais considérée comme un membre de leur famille quand Bernadette et Claude, sa fille cadette, le voulaient bien, poursuit l’intéressée. Quand elles avaient besoin de moi pour amadouer la communauté asiatique ou l’opinion publique. (…) J’ai le sentiment d’avoir un peu été utilisée à des fins électorales. »

Anh Dao Traxel refuse de jeter l’opprobre sur Jacques Chirac cependant. « Evidemment, j’ai été un argument électoral ! », ce qu’elle devine avec lucidité. Pour autant, elle juge justes les choses ainsi : « on ne peut pas toucher l’amour de mon père depuis 35 ans (…) Je ne lui en veux pas, je le défends jusqu’au bout », conclut l’interviewée, au micro de Europe 1, qui « souhaite de tout coeur » une réconciliation avec le clan.

l’Article a été lu [post_view time= »day »] fois aujourd’hui et lu [post_view] fois au total.

 

 

Vos réactions

Filed in