11:17 - lundi décembre 5, 2016

Critérium du Dauphiné : Nikias Arndt l’emporte au sprint

Juin 10, 2014 237 Vues Cyprien B. 0 Commentaires
single-thumb.jpg

Ce mardi se disputait la troisième étape du Critérium 2014, entre Ambert et Le Teil (194km). Au menu du jour, deux difficultés de seconde catégorie, sans véritable conséquence pour l’arrivée en Ardèche, qui comme prévu, s’est réglée au sprint.

C’est l’Allemand Nikias Arndt (Giant-Shimano) qui s’est imposé de justesse devant Kris Boeckmans (BEL – Lotto-Belisol). On peut noter la bonne quatrième place de Yannick Martinez (FRA – Europcar) et la 8ème place d’Arnaud Démare (FDJ), légèrement décevante.

 

Le peloton est reparti à 10h ce matin, avec un absent : le Belge David Boucher (FDJ), qui a terminé l’étape d’hier victime d’une insolation. Jérôme Cousin (FRA) a lui, abandonné dans la matinée. Le coureur d’Europcar ne pouvait plus tenir après sa chute dimanche dans le contre-la-montre de Lyon.

Dès les premiers mètres, l’échappée matinale s’est formée avec Blel Kadri (FRA – Ag2R), Natnael Berhane (ERY – Europcar) et Cesare Benedetti (ITA – NettApp). Les trois hommes ont rapidement pris de l’avance. L’écart avec le peloton est monté jusqu’à 7 minutes et 30 secondes au kilomètre 57.

 

Après 25km de course, les trois hommes de tête sont arrivés sur la première difficulté du jour, la côte de Lavet (catégorie 2). Berhane, parti devant pour prendre les points de la montagne et protéger ainsi le maillot à pois de son coéquipier Kévin Reza, passe en tête au sommet de cette première montée. Le meilleur grimpeur passe quant à lui premier du peloton (donc 4ème) et prend 7 points de plus au classement.

La chaleur fait souffrir tout le monde. Le mercure oscille entre les 30 et les 34 degrés sur les routes. La moyenne de course s’en retrouve très faible : 28,5 km seulement dans la première heure, et à peine plus par la suite.

A l’avant du peloton, la FDJ et Trek régulent l’écart avec les hommes de tête, pour arriver dans les meilleures conditions pour leurs spinters Arnaud Démare et Giacomo Nizzolo. Pierrick Fédrigo (FRA – FDJ) notamment aura passé beaucoup de temps à l’avant. Chez FDJ, on sait bien que cette étape est l’une des seules susceptibles de se finir au sprint, comme l’a expliqué Démare avant le départ :  « Mon objectif, c’est de monter des cols en vue du Tour de France. Pour les sprints, aujourd’hui ce sera la seule occasion. On sait ce qu’on a à faire, mais ça reste un sprint avec un côté aléatoire. On aura toute la pression sur nous. C’est important que je sois toujours avec les mêmes équipiers. La confiance se construit. Moi, c’est avec Mickaël Delage, William Bonnet et Yoann Offredo, dans cet ordre, devant moi. Mon but, c’est d’aller lever les bras. »

Au kilomètre 130, dans une descente, une chute est provoquée par le rétrécissement de la chaussée et une plaque de béton fondu. Une dizaine d’hommes sont touchés, dont Pozzato (ITA – Lampre-Merida), Nizzolo (ITA – Trek) ou encore Jérôme Coppel (FRA – Cofidis). Le sprinter italien de la Team Trek ne repartira pas. Quant au coureur de Cofidis, il a su repartir pour essayer de rattraper le peloton, mais a décidé d’abandonner après quelques kilomètres.

Puis vint la seconde côte de la journée : le col de La Mûre (catégorie 2). Rapidement, quelques coureurs ont lâché, à commencer par Thor Hushovd (NOR – BMC). Au sommet, Berhane passe à nouveau en tête, ce qui permet à Reza de ne même pas avoir à jouer les points, l’avance sur Thomas Damuseau (FRA – Giant-Shimano) étant déjà suffisante.

Le sprint intermédiaire à St-Laurent-du-Pape n’a pas été disputé par les échappés. C’est Benedetti qui est passé avant ses compagnons.

La jonction entre les hommes de tête et le peloton s’est faite à 24km de l’arrivée. Quelques hectomètres après, un groupe de 8 puncheurs a tenté sa chance, profitant d’un petit moment d’inattention des équipiers FDJ et Trek. Ce groupe, composé de Voigt (ALL – Trek), Edet (FRA – Cofidis), Grivko (UKR – Astana), Gougeard (FRA – AG2R), Favilli (ITA – Lampre-Merida), Erviti (ESP – Movistar), Koren (SLV – Cannondale) et Ligthart (NED – Lotto-Belisol), a rapidement pris de l’avance. Après avoir obtenu un écart de 40 secondes à 14km de la ligne, ils ont finalement craqué 7km plus tard sous les efforts des formations FDJ, Oméga-Pharma-Quick-Step, Giant-Shimano et Katusha.

Immédiatement, Nicolas Edet a retenté sa chance mais a vite été repris. C’est alors au tour de Lieuwe Westra (NED – Astana) de partir. Le Hollandais y a cru mais a craqué à moins de 2 km de la ligne.

C’est alors que le spront s’est préparé… ou pas. On a assisté à un final assez spécial par son manque d’organisation. Arnaud Démare, qui partait comme l’un des favoris, a d’abord perdu ses équipiers dans le final, avant de se faire bloquer par deux adversaires… d’où sa décevante 8ème place. Arndt a su en profiter, pour terminer de justesse devant Broeckmans, à qui il aura manqué 2 mètres.

 

L’étape de demain

Demain, le peloton partira de Montélimar. L’arrivée à Gap est la même que celle du Tour 2013 : les coureurs passeront une première fois par la préfecture des Hautes-Alpes, d’où ils partiront pour une boucle de 25 km par le Col de Manse (catégorie 2) avant de revenir dans les rues gapençaises pour une arrivée rapide, en ligne droite, qui pourrait se jouer au sprint dans un groupe d’échappés. Entre le passage au sommet et la ligne, les bons descendeurs auront l’occasion de revenir (12,5km) sur ceux qui auront pris de l’avance durant l’ascension. En ce qui concerne les favoris, on peut penser à Thomas Voeckler, performant en descente, qui a déjà montré qu’il savait bien finir les étapes animées de moyenne montagne. Nibali et Contador pourraient reprendre quelques secondes à Froome, bien meilleur sur les gros pourcentages que dans les descentes sinueuses. On se souvient de la sortie de route de Lance Armstrong, sur ce même parcours, qui avait coupé à travers champ sur le Tour. D’autant que les puncheurs pourront tenter de creuser l’écart dans la descente de La Roche des Arnauds, avant le premier passage par Gap. Pour rendre le tout encore plus difficile, la pluie pourrait faire prendre part aux débats en début d’après-midi.

Avant ces hostilités, le peloton aura à gravir la côte de Rosans (catégorie 4) et disputeront le sprint intermédiaire à Veynes.

Chris Froome repartira évidemment en jaune. Contador portera le maillot vert de sprinter (bien que le Britannique soit premier dans ce classement). Le maillot jaune sera arboré par Kelderman, tandis que Kévin Reza conserve son maillot à pois.

 

l’Article a été lu [post_view time= »day »] fois aujourd’hui et lu [post_view] fois au total.

Vos réactions

Filed in