9:27 - samedi décembre 3, 2016

Espagne – Pays-Bas : le débrief’ de Cyprien !

Juin 14, 2014 268 Vues Cyprien B. 0 Commentaires
single-thumb.jpg

Continuez de réagir, poser vos questions, participer au débat sur Twitter, avec les hashtags #DebriefCyprien et #LiveActuMag ! Tous vos tweets seront publiés sur le site jusque samedi soir.

L’Espagne a totalement explosé face à une équipe hollandaise très solide et bien inspirée. C’est parti pour le débrief » !

Une première période équilibrée

Les deux équipes ont mis une bonne vingtaine de minutes à réellement rentrer dans ce match. Hormis sur cette frappe de Sneijder à la 8ème minute, le ballon a plutôt stationné dans l’entrejeu, les deux équipes essayant d’avoir la conservation plus que d’amener le danger devant la cage adverse. Ensuite, l’avantage a basculé durant 25 minutes d’un camp à l’autre. Les Hollandais ont eu le mérite de ne pas céder à la panique après l’ouverture du score d’Alonso sur penalty. Comme un déclic, l’égalisation de Van Persie juste avant la pause a sans doute redonné espoir aux Oranje.

Une deuxième période… hallucinante

Si la seconde mi-temps a démarré comme la première, le but de Robben à la 53ème a eu le pouvoir de libérer ses coéquipiers, et de déstabiliser les Espagnols. Pas habitués à être malmenés de la sorte, les hommes de Del Bosque n’ont plus su quoi faire. Les changements du sélectionneur n’auront pas changé grand chose, ils auront même contribué à la domination hollandaise.

Le but de De Vrij, sur un coup franc de Sneijder, a littéralement assommé la formation ibérique. A l’image du Brésil hier dans les dernières minutes, la défense espagnole n’arrivait même plus à se dégager, totalement oppressée dans son camp. Les erreurs qui en ont découlé ont permis aux Pays-Bas d’inscrire deux nouveaux buts largement évitables, pour finir sur un score fleuve de 5-1 !

La défense et surtout le gardien espagnol sont tout simplement passés à côté de leur match, et ne manqueront sans doute pas de faire mieux lors de la prochaine rencontre, face au Chili.

Une conservation stérile

Sans avoir vu le match, on pourrait croire que la Hollande a largement dominé cette rencontre. Ce n’est pas tout à fait le cas. Quand on jette un coup d’oeil aux stats, on s’aperçoit que la Roja a fini la rencontre avec près de 64% de possession, et deux fois plus de passes réussies que son adversaire. Et pourtant, les Pays-Bas se sont montrés autant, sinon plus dangereux dans leur construction offensive.

On peut tout de même noter quelques bons points dans le jeu ibérique, notamment au milieu de terrain, avec Xavi qui a délivré de bonnes passes, mais principalement avec le trio de tête. David Silva et Iniesta ont été bons, surtout en première période, et n’ont pas hésité à repiquer dans l’axe pour apporter le danger. Diego Costa, bien que mal inspiré face au but, a montré de belles choses dans ses appels et a bien occupé les espaces.

Une grande équipe ne meurt jamais

On pourrait croire que l’Espagne est définitivement enterrée. Mais si on se remémore la dernière Coupe du Monde, en 2010, on se souvient que la Suisse avait fait douter les futurs champions du monde en les battant lors du premier match 1-0. Cela ne les avait pas empêché ensuite d’aller jusqu’au bout, pour remporter la finale… face aux Pays-Bas.

Si les Espagnols ont ce soir donné raison à tous ses détracteurs, qui prétendaient que leur règne était terminé, ils n’ont sans doute pas dit leur dernier mot. En cas de victoire face au Chili mercredi prochain, les hommes de Vincente del Bosque auront encore toutes leurs chances de se qualifier pour les huitièmes de finale.

La Hollande, elle, a pris une bonne option sur la qualification, et a quasiment inscrit 4 points ce soir, au vu de la différence de but avec laquelle ils entament cette phase de poules.

Le meilleur hollandais a été…

L’attaque. L’association Robben-Van Persie a été étincelante ce soir. Appels dans la profondeur, centres piqués et frappes de loin, le duo offensif des Oranje a tout simplement joué intelligemment.

Le meilleur espagnol a été…

Iniesta. L’élément offensif du Barça a su apporter un vrai plus sur le front de l’attaque, n’hésitant pas à redescendre au milieu pour remonter le ballon, à repiquer dans l’axe, à déclencher des une-deux avec Diego Costa sur son côté gauche, ou encore à prendre sa chance de loin. Si l’Espagne relève la tête lors du prochain match, Don Andrés n’y sera sûrement pas étranger.

Les réactions

J’ai sélectionné pour vous les meilleures réactions des joueurs et entraîneurs des deux équipes :

Piqué (défenseur Espagne) : «En seconde période, c’est vrai que les sensations ont été très mauvaises. Nous avons laissé beaucoup d’espaces, l’équipe était désorganisée, il y avait aussi la chaleur, mais il n’y a pas d’excuse. Les Pays-Bas nous ont été très supérieurs. C’est un résultat qui fait très mal mais il faut se relever. Nous avons encore la possibilité de nous qualifier. Il faut s’améliorer et jouer le match du Chili comme si c’était le dernier.»

Jordi Alba (ailier gauche Espagne) : «Il n’y pas d’excuse, ils ont été meilleurs, nous avons tous commis des erreurs et il faut se relever. Cela ne sert à rien de parler, il faudra répondre sur le terrain. Nous avons tous été mauvais en seconde période. Cette équipe s’est déjà relevée plusieurs fois. Il ne faut pas douter de nous.»

Casillas (gardien Espagne) : «Nous n’avons pas eu de réussite, à commencer par moi. Les choses ne se sont pas passées comme on le pensait et moi, je n’ai pas été à la hauteur. Il faut regarder les choses en face, ce n’était pas mon meilleur match. J’accepte la critique. Dans ces moments, il est facile de rejeter la faute sur l’autre mais cette équipe s’est toujours caractérisée par son sens collectif. Les joueurs les plus importants de cette sélection doivent donner l’exemple. Il faut rester uni. Je ne veux déjà plus penser au match de ce soir. En tant que capitaine, je voudrais que les gens oublient ce match contre les Pays-Bas et aussi leur demander pardon pour ce que nous avons fait et notamment moi.»

Vicente Del Bosque (sélectionneur Espagne) : «Ce n’est pas un moment heureux pour nous. En tant que sportif, je félicite les Pays-Bas, qui nous ont été supérieurs en seconde période, qui nous ont débordés. Le bon équilibre qu’on avait en première période s’est cassé face au jeu néerlandais. Il ne faut pas chercher de coupables, que personne ne paie seul, on est tous coupables.»

Van Persie (attaquant Pays-Bas) : «C’était un match fou. On a marqué notre premier but au moment parfait, juste avant la mi-temps. Quand on a marqué le but du 2-1, c’était encore un meilleur moment, on ne s’est pas arrêté. On aurait pu leur en mettre cinq… Ah oui, on leur en a mis cinq, mais on aurait pu en mettre six, sept, huit… […] On a gagné contre l’équipe N°1 du monde depuis 6 ans. Quand on considère comment on s’était préparés, comment on était prêts, comment on s’est donné, on doit savourer ce soir, mais à partir de demain il faut se concenter sur le match contre l’Australie. Je ne veux pas être trop excité, ce n’est jamais que trois points, un match, et nous devons progresser.»

Prochain rendez-vous :

Samedi à minuit, pour suivre en direct le choc du groupe D Angleterre-Italie. Malheur au perdant, qui dans ce groupe de la mort pourrait être en grand danger dès la première journée. Rappelons que le Mexique est co-leader du groupe A après sa victoire face au Cameroun (1-0) et que dans le groupe B le Chili a vaincu l’Australie 3 buts à 1. Dans la journée de samedi, la Colombie affrontera la Grèce et la Côte d’Ivoire défiera le Japon dans le groupe C ; alors que dans  l’autre match du groupe D, l’Uruguay essaiera de se défaire du Costa Rica.

l’Article a été lu [post_view time= »day »] fois aujourd’hui et lu [post_view] fois au total.

Vos réactions

News Feed