10:38 - lundi décembre 5, 2016

Le « dentiste de l’horreur » enfin incarcéré en France

Jan 17, 2015 241 Vues Sylvie P. 0 Commentaires
crédits photo : pixabay.com / Creative Commons Deed CC0
crédits photo : pixabay.com / Creative Commons Deed CC0

Mark van Nierop, un néerlandais de 50 ans, surnommé le « dentiste de l’horreur » ou encore le « dentiste boucher », car soupçonné d’avoir mutilé des dizaines de patients quand il exerçait dans le centre de la France, vient d’être incarcéré dans une « unité spécialisée » psychiatrique de la prison de Saran dans le Loiret. Il avait auparavant été entendu jeudi soir par les deux juges d’instruction chargés de l’affaire, qui lui ont notifié les nouvelles plaintes déposées contre lui.

Le dentiste s’était installé en novembre 2008 à Château-Chinon dans la Nièvre, après avoir été recruté par un chasseur de tête néerlandais, pour enfin donner un dentiste à la ville, qui, touchée par la désertification médicale, n’en avait pas eu depuis deux ans. Malheureusement, celui qui avait été accueilli comme un messie s’est rapidement transformé en tortionnaire : anesthésies de cheval laissant les patients avec de graves séquelles: mâchoires disloquées, bouts de roulette ou de fraise laissés dans les plaies, dévitalisations de dents au lieu de simples remplacements de plombages, dents limées de moitié alors que seul un détartrage était prévu, et le pire pour une jeune fille de 17 ans : le perçage de 17 dents pour soigner une simple carie explique le nouvelobs!

La liste des victimes est longue et ne cesse de s’allonger. Selon le collectif de victimes, elles seraient désormais au nombre de soixante. Des patients choqués et meurtris qui faisaient confiance à Mark van Nierop, qui en plus leur donnait en les quittant un petit dépliant expliquant que « la dent est un organisme vivant » et qu’il était donc normal « d’avoir mal » après une séance.

Il avait alors été mis en examen en mai 2013 après qu’une dizaine de patients aient porté plainte, suspendu et placé sous contrôle judiciaire. Il s’était ensuite évadé au Canada en décembre 2013, ce qui avait engendré un mandat d’arrêt international contre lui de la part de la justice française. Il avait finalement été interpellé début septembre.

Avant de s’installer en France, le dentiste était déjà poursuivi aux Pays-Bas pour des faits similaires.

Vos réactions

Filed in