9:55 - vendredi décembre 2, 2016

Alerte Nature : l’Australie détruit la Grande Barrière de Corail !

Fév 9, 2015 268 Vues Mathilde F. 0 Commentaires
Coral outcrop on Flynn Reef

Le Fonds mondial pour la nature ou World Wild Fund (WWF) a produit un rapport accusateur à l’encontre des australiens qui se serviraient de la Grande Barrière de Corail comme d’une « décharge ». Ce lundi, l’organisation internationale a produit un document en anglais destiné à alerter le monde du comportement du gouvernement australien qui n’intervient pas en ce qui concerne le déversement de déchets de dragage dans les eaux de la Grande Barrière de corail qui fait pourtant partie des coins de la planète sous haute protection.

Le WWF affirme que des actions doivent être entreprises par le gouvernement australien pour éviter que ce lieu hautement symbolique ne devienne un véritable dépotoir :

     « Si rien n’est fait, la Grande Barrière de corail – un des habitats marins les plus précieux de la planète – pourrait devenir une décharge et une autoroute maritime ».

Le gouvernement australien a pourtant tenté d’intervenir en prononçant, en janvier, l’interdiction de déverser des déchets de dragage à cet endroit. Les déchets présents dans l’eau mettent en danger l’écosystème en empêchant les coraux et les algues de respirer alors qu’ils constituent la plus grande formation vivante du monde. Les ordures de l’homme empoisonnent ce lieu, symbole d’une vie marine fortement touchée par les activités humaines.

great-barrier-reef-261726_1280

Il n’y a pas que les déchets qui posent problème à l’écosystème local, le risque vient du gouvernement australien qui pourrait être tenté de sacrifier l’une des plus grande réserve naturelle du monde. L’Australie pourrait concurrencer le plus grand port du monde situé à Shanghai (Chine), en augmentant les nombre de port. Le rapport souligne que les expansions portuaires feraient disparaître 51 millions de mètre cube de fonds marins mais l’appât du gain exerce un attrait très important sur le pays qui pourrait augmenter sa capacité de production de charbon en passant de 267 millions de tonnes à 637 millions de tonnes par an. Les auteurs du rapport tente d’avertir qu’un tel projet d’expansion n’a pas lieu d’être car les ports déjà construit sont inutilisés.

Turbinaria_mesenterina

Le plus grand récif corallien du monde est protégé par l’Unesco (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture) qui a posé un ultimatum à l’Australie. Le pays avait jusqu’au 1er février pour proposer des moyens de protection, l’ONG menaçait d’inscrire le site sur la liste du patrimoine en péril. Le gouvernement affirme avoir agit en interdisant l’extraction de matériaux dans de nouvelles zones en dehors des ports prioritaires pendant 10 ans. Le ministre australien de l’environnement, Greg Hunt déclarait la semaine passée que les australiens faisaient des efforts :

     « Nous savons que la barrière de corail fait face à des défis mais nous faisons des progrès significatifs. De fortes évidences montrent que nos efforts ne sont pas insignifiants ».

Il semblerait que ces efforts ne soient pas suffisant d »après les deux ONG chargées de protéger un milieu naturel où vit 1 500 espèces de poissons, 400 espèces de coraux ainsi que 4 000 espèces de mollusques. La Grande Barrière de corail abrite aussi un trésor, dans ses eaux vivent deux espèces menacées d’extinction : le dugong et la grande tortue verte. 640px-Dugong_Marsa_Alam

Hawaii_turtle_2 Source photo de la tortue verte : « Hawaii turtle 2 » par Brocken Inaglory. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Crédit photo : Creative commons

l’Article a été lu [post_view time= »day »] fois aujourd’hui et lu [post_view] fois au total.

Vos réactions

Filed in