La banquise n’aura pas été à la fête que ce soit pour Noël ou plus largement toute la saison hivernale. Elle accuse une baisse d’un million de km2, par rapport à la moyenne observée habituellement, pendant une période de l’année propice d’habitude à sa régénération. Le bouc émissaire climatique est tout trouvé : il s’agit du Gulf Stream, ce courant marin froid qui enveloppe l’atmosphère du pôle Nord et lui permet de se maintenir dans un état frigorifique !

Hors le Gulf Stream, déréglé pour des raisons sibyllines au moment où nous écrivons cet article, a engendré des températures loin d’être propices à la bonne tenue de la banquise, avec des pics à 10 degrés au-dessus des 1000 mètres, alors que normalement elles sont négatives. La banquise est ainsi déjà en état d’inaptitude à affronter avec ses réserves de glaces amoindries, qui auraient dû se renforcer ces derniers mois, le printemps et surtout l’été qui s’annoncent !

Les chiffres ont été établis à la date arrêtée du 25 février et publiés hier par le Centre américain de la neige et de la glace (National Snow and Ice Data Center/NSIDC). Les données statistiques dévoilées sont alarmantes : 1,1 millions de km2 en moins par rapport à la moyenne des années 1980-2010. 150 000 km2 en dessous du titre record atteint en 2011. Depuis les premières mesures qui datent de 1979, c’est du jamais vu !

Notons que notre propre avenir est indissociablement lié au devenir d’une banquise en état de sursis !

Vos réactions

Load More Related Articles
Load More By Eric F.
Load More In Monde

Découvrez aussi

Belgique : L’homme porteur d’une ceinture explosifs en gare Centrale de Bruxelles est décédé

Ce mardi soir aux alentours de 20h45, un homme portant une ceinture explosifs a été tué pa…