1:31 - lundi décembre 5, 2016

Germanwings : les autorités aériennes ignoraient la dépression d’Andreas Lubitz

Avr 5, 2015 313 Vues Sylvie P. 0 Commentaires
crash-a320-german-head

crédits photo : creative commons

La LBA, l’autorité allemande de sécurité aérienne chargée de délivrer les brevets de vol des pilotes, a déclaré aujourd’hui que la Lufthansa (dont la Germanwings est une compagnie low-cost) ne lui avait transmis aucune information concernant l’état de santé du copilote Andreas Lubitz avant l’accident. Rappelons que celui-ci est soupçonné d’avoir provoqué le crash d’un avion transportant 150 passagers dans les Alpes-de-Haute-Provence.

La porte-parole de la LBA a notamment expliqué que les médecins de la Lufthansa qui ont examiné le copilote âgé de 28 ans, n’ont pas alerté les autorités qu’il souffrait d’une « phase de grave dépression ». Par ailleurs, elles n’ont eu accès au dossier d’Andreas Lubitz, au centre médical de la Lufthansa, que trois jours après le crash, soit seulement le 27 mars.

Selon le journal allemand Welt am Sonntag, à partir de 2009 le copilote a été examiné au moins six fois par des médecins de la Lufthansa. La compagnie a également reconnu la semaine dernière (après avoir d’abord refusé de dévoiler pourquoi Andreas Lubitz avait arrêté son apprentissage pendant un long moment) qu’il avait informé son école de pilotage au cours de cette année qu’il avait eu un « épisode dépressif sévère ». Un seul examen psychologique, jamais renouvelé depuis, avait alors été réalisé. Selon le Welt am Sonntag, la Lufthansa a refusé de commenter ces informations.

Le parquet de Düsseldorf avait aussi affirmé la semaine dernière que le copilote, avant d’obtenir son brevet de pilote, avait été « en traitement psychothérapeutique pour des tendances suicidaires il y a de nombreuses années ». D’autres consultations médicales ont eu lieu depuis et ont donné lieu à des arrêts maladie mais selon le procureur « sans que ne soient attestées des tendances suicidaires ou de l’agressivité à l’égard d’autrui » explique Francetvinfo.

En tout cas, cette négligence risque de peser lourd au moment du procès quand les familles demanderont réparation…

l’Article a été lu [post_view time= »day »] fois aujourd’hui et lu [post_view] fois au total.

Vos réactions