10:21 - samedi décembre 10, 2016

Notre terre risque-t-elle de brûler en 2100 ?

Juin 16, 2015 397 Vues Jérémy R. 0 Commentaires
Illustration de la Terre / Pixabay

Notre planète terre deviendrait-elle étouffante d’ici 2100..? C’est en tout cas ce que vient d’annoncer la NASA après la publication de données scientifiques révélant ainsi un changement important du climat sur le monde d’ici la fin du siècle. Ces dernières qui ont été basées sur l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone montrent que plusieurs continents comme l’Afrique, l’Amérique du Sud ou encore l’Inde pourraient atteindre des températures maximales quotidiennes en juillet de plus de 45 ° C.

De son côté le site anglais Dailymail explique que les villes de Jérusalem, New York, Los Angeles et Mumbai pourraient voir leurs températures estivales atteindre ces niveaux de chaleurs importantes. De son côté, Paris pourrait voir ses températures les plus basses de juillet avoisiner les 30 ° C.

En se basant sur les données de l’évolution du niveau du dioxyde de carbone, les scientifiques ont donc pu dresser une carte du monde très précise des zones étant les plus affectées par ces changements climatique d’ici 2100. Grâce à cette carte, les changements peuvent être observés sur une échelle de temps jour après jour sur n’importe quelle ville du monde entier. La carte du monde interactive permet de montrer les changements de climats entre 1950 et 2100 à travers l’ensemble de notre planète.

Ellen Stofan, le directeur scientifique de la NASA explique : « Grâce à ses données mondiale que nous avons pu recueillir, les personnes du monde entier pourront faire face au réchauffement de la planète« .

Ces données très précises vont aider les scientifiques à comprendre les différents risques climatiques auxquels le monde est confronté. Ils peuvent ainsi planifier les aléas climatiques comme la sécheresse, les inondations ou encore les vagues importantes de chaleur et même étudier à l’avenir les pertes de productivité agricole.

Des données que vous pouvez consulter directement sur le site ClimateInternational de la NASA.

Vos réactions

News Feed