7:20 - dimanche décembre 4, 2016

Le jour de carence coupable des arrêts en hausse notable chez les fonctionnaires territoriaux ?

Juin 27, 2015 369 Vues Eric F. 0 Commentaires
Crédits Photo : Pixabay
Crédits Photo : Pixabay

Les employeurs d’agents de la fonction publique territoriale (le plus souvent il s’agit des collectivités locales) voient affluer tous les jours, à leur plus grand désarroi, des arrêts de travail, repartis légèrement à la hausse entre 2013 et 2014 (au moins un jour dans l’année posé pour maladie chez un peu plus de 3 fonctionnaires sur 10 !), handicap au bon fonctionnement de leur service ! Toutes les données chiffrées qui vont suivre, destinées à vous éclairer, sont issues d’une enquête du courtier en assurances Sofaxis, dont Les Echos ont eu l’exclusivité, ce vendredi 26 juin 2015 !

Beaucoup imputent cette absentéisme, coûteux (1921 euros en moyenne par agent en 2014) et chronophage (des heures et des heures d’investissement personnel envolées), à l’abrogation du jour de carence (institué par l’ancienne majorité de droite en 2012) par le gouvernement Ayrault. Le premier jour d’arrêt maladie d’un fonctionnaire est de nouveau payé depuis le 1er janvier 2014 ! Le Sénat, qui a basculé à droite en automne 2014, vient d’ailleurs de relancer le débat, voulant une ajustement parfait entre salariés du public et salariés du privé, soit trois jours de carence pour tous !

Le fait d’être indemnisé dès le premier jour d’absence a entraîné en effet une hausse du manque d’assiduité de 8,7% l’année dernière, les agents de la fonction publique territoriale s’arrêtant plus facilement avec cette aubaine ne les pénalisant pas financièrement ! Entre 2012, année inaugurant le jour de carence, et 2014, année le balayant, une baisse notable  avait été observée, montrant l’efficacité de cette mesure, véritable épouvantail érigé contre les abus ! En effet, le nombre d’arrêts maladie ordinaire pour 100 agents a atteint 54 en 2014 contre 49 en 2012 !

La jour de carence n’est sans doute pas l’unique bouc émissaire : la pénibilité de certains postes (15% d’arrêts pour accident du travail) et le vieillissement des agents (46 ans en moyenne) sont aussi des facteurs à prendre en compte ! Certains arrêts sont tout à fait compréhensibles, comme les congés maternité, et les congés longue maladie (CLM) ou longue durée (CLD) attestant de problèmes de santé à prendre très au sérieux puisqu’ils s’étalent sur plusieurs mois ! Notons en guise de conclusion, que ce sont surtout cependant les courts arrêts  qui ont ponctué l’année 2014 !

Vos réactions

Filed in