Le 31 octobre 1975, sort l’album A Night at the Opera de Queen. Le groupe britannique y dévoile un single déroutant sous forme de 45 tours :  Bohemian Rhapsody. Ce morceau extrêmement novateur d’opéra-rock (la sauce a pris d’emblée entre deux styles aux antipodes généralement l’un de l’autre) à l’architecture singulière de 6 mouvements en l’espace de 6 minutes (cette durée est aussi inhabituelle), joue au chamboule-tout avec la commune mesure : pari osé et gagné !

Ce titre emblématique de Queen mais aussi -si ce n’est pas encore plus- de son chanteur Freddie Mercury, qui en a signé les paroles, a rapidement trouvé son public et un succès instantané qui s’est inscrit dans le temps qui n’a nulle emprise sur lui.  La thèse du message sibyllin, contenu dans Bohemian Rhapsody, est une rumeur persistante. La biographe de Freddie Mercury, Lesley-Ann Jones, an aurait la réponse : ce serait l’aveu métaphorique de l’homosexualité de Freddie Mercury.

Les paroles de l’introduction prennent alors un autre sens soudain si l’on y prête attention : “Maman, je viens de tuer un homme, j’ai mis un pistolet contre sa tête. J’ai appuyé sur la détente, maintenant il est mort”. Le chanteur voulait avouer avoir tué celui qu’il était pour être lui-même. Ce coming out est aussi étayé (ce qui consolide encore plus sa crédibilité) par le présentateur et parolier britannique vedette Tim Rice, collaborateur ponctuel de Queen, qui s’est confié auprès du Daily Mail.

Vos réactions

Load More Related Articles
Load More By Eric F.
Load More In Musique

Découvrez aussi

Céline Dion au bord des larmes avant le début de son concert à Las Vegas en rendant hommage aux victimes de la tuerie

La chanteuse québécoise, Céline Dion est apparue très émue quelques instants avant de déma…