Les Restos du Coeur perdent Véronique Colucci, l'ex-femme de Coluche | Actu-Mag.fr
9:09 - mercredi juillet 18, 2018

Les Restos du Coeur perdent Véronique Colucci, l’ex-femme de Coluche

150 Vues Arnaud D. 0 Commentaires
Véronique Colucci
Véronique Colucci / Capture Youtube

Véronique Colucci, l’ex-femme de Coluche, est décédée des suites d’une longue maladie dans la nuit de jeudi à vendredi, à l’âge de 69 ans.

C‘est en 1969 que Véronique Colucci rencontra Coluche – Michel Colucci de son vrai nom – pour la première fois. Journaliste, elle devait écrire un article sur le Café de la Gare, où Coluche se produisait alors. Au micro d’Europe 1 en 2016, cité par Le Figaro, elle se confiait sur cette première rencontre avec celui qui allait devenir son mari six ans plus tard. « Quand j’ai vu débarquer Michel au Café de la Gare c’était ahurissant. C’était tout à la fois, la timidité, la force, le rire, j’ai été séduite du premier coup. Je suis beaucoup retournée au Café de la Gare. De temps en temps, ils mettaient un disque et ils invitaient le public à danser. Je m’étais collée au premier rang et j’avais dansé avec lui. De là, cela a créé un lien », se souvenait-elle. Ils se séparèrent ensuite en 1981, après six ans de mariage. Le couple a eu deux enfants, Romain et Marius.

Devenue administratrice des Restos du Cœur

Alors que Coluche avait créé les Restos du Cœur en 1985, elle reprit le flambeau de l’association en juin 1986, à la mort de l’humoriste et comédien. C’est elle qui relança l’idée d’une deuxième campagne médiatique en faveur des Restos, en 1987. Elle était l’administratrice de l’association et veillait au bon fonctionnement des Restos, qui fournissent « à manger et à boire » aux plus démunis. En 1989, elle lance avec l’aide de Jean-Jacques Goldman la première édition du concert annuel des Enfoirés. Ces concerts allaient ensuite devenir la première source de financement des Restos.

L’hommage de l’association à Véronique

Dans un communiqué sur leur site, intitulé « Merci Véronique », les Restos du Cœur font part de leur « immense tristesse d’apprendre la disparition de Véronique Colucci ». Ils poursuivent : « Véronique était l’une des 71 000 bénévoles des Restos. Mais on voudra bien nous pardonner de croire que Véronique était un peu plus qu’une bénévole. Par son histoire personnelle avec Michel Colucci évidemment. Mais aussi, à la suite de la disparition de Coluche, par son rôle essentiel dans la vie des Restos qu’elle a portés et fait grandir pendant plus de 30 ans.

Elle s’est investie à des périodes clefs, aux fonctions de Présidente, alors qu’il y avait plus de coups à prendre que d’honneurs à recevoir. Elle a aussi joué un rôle essentiel tout au long de ces dizaines d’années dans les relations avec les Enfoirés. (…) Véronique, par sa personnalité chaleureuse et dynamique, prenait plaisir à rencontrer sur le terrain dans les centres partout en France les équipes bénévoles et les personnes accueillies ». Le communiqué conclut que « le meilleur hommage que les Restos puissent lui rendre, c’est de s’engager à continuer à combattre la pauvreté et à rester fidèles au message et à l’esprit de Coluche ».

L’ancien président de l’association, Olivier Berthe, a confié au Figaro : « Véronique a mené un travail intelligent, avec un respect absolu de la cause. Elle a toujours été là, après le décès de Coluche, à la fin des années 90 quand on traversait des vents contraires », ajoutant « Tout au long de ces années, Véronique a toujours été une avocate, un défenseur, un soutien de la cause des Restos, de l’idée que Coluche en avait dès l’origine. Elle a toujours œuvré pour qu’ils soient à 100% orientés vers les plus démunis ».

Faite chevalier de la Légion d’honneur

En janvier 2018, Véronique Colucci a été promue chevalier de la Légion d’honneur parmi 336 personnalités, pour son « engagement au bénéfice de l’intérêt général ». En outre, en novembre 2017, elle avait été photographiée aux côtés du président Macron pour le lancement de la 33e campagne d’hiver de l’association, au centre des Restos du Cœur de la Grange-aux-Belles, à Paris.

Vos réactions

Filed in