Close

Dossier Tabou : Des jeunes femmes insultées dans la rue pour leurs tenues

Dossier Tabou

Bernard de La Villardière dans son émission Dossier Tabou / via CP M6 - Photo Phillipe Conrad

Dans le reportage de l’émission Dossier Tabou diffusé ce dimanche 1 octobre sur la chaîne M6, plusieurs jeunes filles ont été insultées au cours d’une expérience dans la rue, pour leurs tenues.

[dropcap]D[/dropcap]ans le troisième numéro de « Dossier Tabou » de ce dimanche soir, le journaliste Bernard de La Villardière s’intéressait à un thème sensible de notre société à savoir le « harcèlement sexuel ». Au cours du reportage, des jeunes filles se sont prêtées à une petite expérience. Ces dernières se sont habillées avec des tenues différentes, plus ou moins sexy. Elles se sont ensuite rendues dans une rue très fréquentée de Lyon avant de s’immobiliser avec une pancarte, demandant aux personnes de les juger sur leurs tenues vestimentaires.

« C’est à cause des femmes comme vous qu’un viol est déclaré toutes les 40 minutes »

Et les réactions n’ont pas tardé à se faire entendre de la part des passants. Certains d’entre eux allant même jusqu’à dire  « C’est à cause des femmes comme vous qu’un viol est déclaré toutes les 40 minutes » comme l’explique un jeune homme dont le visage a été flouté par les équipes de M6. Une remarque qui a évidemment fait réagir les autres personnes présentes.

Un autre jeune a de son côté expliqué que la tenue d’une des femmes était provocante avant de déclarer que « personne ne méritait de se faire agresser (…) » et d’ajouter « …Mais voilà, je l’agresserais bien ». Des propos qui inquiètent de plus en plus les femmes dont plusieurs d’entre elles ont décidé de ne plus porter de jupe lorsqu’elles sortent dans des lieux publics.

Les chiffres alarmants sur le harcèlement sexuel chez les femmes

Selon les chiffres dévoilés par la chaîne pendant le reportage, aujourd’hui, une femme sur cinq en France a subit un harcèlement sexuel. Pire encore quant on sait que 72% des femmes ont déjà été victimes de remarques déplacées ou des insultes à connotation sexuelles dans un lieu public, un lieu festif ou sur leur lieu de travail. 28% d’entre elles ont souvent peur de sortir le soir en raison des risques de harcèlement et d’agressions sexuelles dans l’espace public selon un sondage de l’émission.

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdites et seront immédiatement supprimées par nos équipes.)
scroll to top