3:05 - vendredi décembre 14, 2018

Le film Gaston Lagaffe est « un désastre » selon la fille de l’auteur des BD

409 Vues Jérémy R. 0 Commentaires
Gaston
Gaston le film / Capture BA Gaston

Elle n’y va pas par quatre chemins pour descende le film Gaston Lagaffe de PEF qui sortira dans les salles ce mercredi !

Isabelle Franquin, la fille d’André Franquin et auteur de la BD à succès, Gaston Lagaffe, a donné son avis sur le version cinématographique du célèbre personnage qui multiplie les gaffes. C’est dans les colonnes du journal belge, l’Avenir que celle-ci a littéralement descendue l’adaptation cinématographique de Gaston Lagaffe qui sortira ce mercredi 4 avril dans les salles.

(Isabelle Franquin) « j’assiste impuissante au désastre ! »

Isabelle ne mâche pas ses mots pour dire ce qu’elle a pensé du film : « Ça fait mal, très mal même, car j’assiste impuissante au désastre, en espérant de tout cœur que le public saura distinguer le bon grain de l’ivraie, si je puis dire. ». Pour elle, le scénario ne respecte pas du tout l’esprit Gaston Lagaffe comme elle l’explique : «  ce scénario était vraiment mauvais. Placer Gaston dans le contexte actuel, au sein d’une start-up, était une mauvaise idée. » Isabelle qui ajoute que « les acteurs sont mal dirigés, le scénario débile et le rythme des gags catastrophique. »

Dans sa longue interview, Isabelle Franquin est est très à cheval sur la continuité des aventures de Gaston, explique qu’elle n’a pas souhaité rencontrer PEF après avoir lu le scénario du film. Si elle n’a pas souhaité s’entretenir avec le réalisateur, elle a toutefois pu rencontrer le producteur qui lui a expliqué qu’il « était impossible de placer Gaston à l’époque où il a été créé, car le contexte d’une rédaction de journal ne parlerait plus aux jeunes d’aujourd’hui. »

Faire revivre Gastion mais pas de cette façon ?

Si l’auteur de Gaston ne souhaitait pas que son personnage continue de vivre ses aventures après sa mort, pour Isabelle, Gaston pourrait exister autrement. « C’est, en quelque sorte, un personnage «mort». Mais moi, je pense qu’on peut continuer à le faire exister autrement, en multipliant les initiatives, comme la restauration des couleurs des albums Gaston ou les expositions au C.B.B.D, au Centre Wallonie Bruxelles et à la Bibliothèque du Centre Pompidou à Paris. »

Si la fille de l’auteur n’est vraiment pas fan de l’adaptation cinématographique de la BD retranscrite par PEF, les enfants pourront découvrir ce film ce mercredi 4 avril dans les salles.

Vos réactions

Filed in