Close

Val-de-Marne : une mère de famille enlevée et séquestrée échappe à ses ravisseurs !

Val-de-Marne

Photo d'illustration: Creative Commons Wikimédia auteur David Monniaux © 2007

Une femme de 35 ans, a été enlevée à son domicile de Chevilly-Larue, le 11 juillet dernier, devant ses enfants.

[dropcap]L[/dropcap]e jour de l’enlèvement, des inconnus encagoulés ont fait irruption dans le logement de cette mère de famille, avant de la contraindre à les suivre, en laissant sur place le téléphone portable de la victime, pour pouvoir  contacter sa famille. Selon Le Point, les ravisseurs ont réclamé 700 000 euros en échange de la libération de la jeune femme. « Le montant de la rançon a évolué à plusieurs reprises. De 700 000 euros nous sommes passés à 300 000 euros, puis à 200 000 euros. Plusieurs remises d’argent ont été organisées à différents endroits de la banlieue parisienne. Mais les ravisseurs ne se sont jamais montrés. À un moment, on a cru qu’ils s’étaient débarrassés de leur otage. », confie une source proche de l’affaire.

Par chance, dans la soirée du mardi 17 juillet, la mère de famille a réussi à quitter l’appartement dans lequel elle était séquestrée à Villejuif (Val-de-Marne) en sautant par une fenêtre. Elle a été recueillie par des passants, puis conduite à la police.

Suite à différentes investigations, mercredi, la police a interpellé et placé en garde à vue, cinq personnes déjà connues de la justice pour des « faits graves ». La Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Paris a ouvert une enquête pour « enlèvement et séquestration en bande organisée sans libération volontaire avant le septième jour pour faciliter la commission d’un autre crime » et « association de malfaiteurs ».

Pendant l’enquête, la police a découvert que le père de la victime, une ex-figure du banditisme gravitant autour du célèbre gang de la Banlieue sud, avait été condamné, à plusieurs reprises par le passé, dans une affaire d’enlèvement, et pour sa participation à un vaste trafic international de stupéfiants.

Les motivations précises des auteurs présumés de l’enlèvement restent à établir.

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdites et seront immédiatement supprimées par nos équipes.)
scroll to top