Close

Gilets jaunes : la police nationale met en garde contre les appels à la violence des policiers sur les réseaux sociaux

incidents

Des véhicules de police / Capture Youtube

Ce samedi 8 décembre, les autorités s’attendent à d’importantes violences qui pourraient survenir à Paris en marge de l’acte IV des gilets jaunes.

Si le Premier ministre a récemment annoncé être prêt à abandonner la hausse de la taxe sur les carburants, les appels à une mobilisation pour l’acte IV ont été lancés il y a quelques jours sur les réseaux sociaux. La présidence craint « la venue d’un noyau dur de plusieurs milliers de personnes qui viendraient pour casser et pour tuer » a indiqué la présidence à FranceInfo ce mercredi.

L’Élysée s’attend à un mouvement « d’une grande violence » en marge des manifestations prévues ce samedi 8 décembre à Paris précise la présidence à nos confrères. Face à la situation extrêmement tendue, les autorités ont lancé de nombreux appels au calme. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner a demandé aux « gilets jaunes raisonnables » à ne pas se rassembler à Paris samedi.

« J’invite les gilets jaunes raisonnables à se désolidariser des extrêmes et à ne pas se rassembler à Paris samedi prochain », a déclaré le ministre de l’Intérieur, auditionné ce mardi devant la commission des Lois du Sénat, et qui a souhaité lancer un « appel au calme » envers les « gilets jaunes ».

De son côté, Édouard Philippe a ajouté que les recommandations du ministre du ministre de l’Intérieur n’étaient pas faites pour « faire taire leurs revendications » mais pour éviter d’être « piégés par ceux qui s’organisent déjà pour semer le désordre et le chaos ».

La police nationale se veut ferme sur les appels à la violences contre des policiers qui ont été diffusés sur les réseaux sociaux.

De son côté, la police nationale a fait savoir ce mercredi 5 décembre que des « appels à la violence contre des policiers circulent sur les réseaux sociaux. » avant de préciser que « Ceux qui relaient et diffusent des appels à la haine et à la violence s’exposent à des poursuites pénales. » Rappelant ainsi que la provocation à commettre des crimes et délits* (Notamment les viols, agressions sexuelles, violences, vols, destructions et dégradations) pouvait être punie par la loi de 5 ans de prison ferme et de 45 000 € d’amende.

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdits et seront immédiatement modérés par nos équipes.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Leave a comment
scroll to top