Close

Cernay-la-Ville : L’homme soupçonné d’avoir tué son ex-femme a été interpellé !

Gendarmerie

Illustration d'un encart de la Gendarmerie / Frédéric BISSON CC BY 2.0

Il était activement recherché depuis plusieurs jours ! L’homme soupçonné d’avoir tué son ex-femme, et professeur de sport, le 24 janvier dernier à Cernay-la-Ville, a été appréhendé par la police.

En fuite depuis près d’une semaine, l’homme soupçonné d’avoir tué son ex-femme, Isabelle Jaubert, a été interpelé par la police ce vendredi, rapporte France 3 Régions. Ce dernier a été appréhendé ce vendredi alors qu’il se trouvait à dans la commune de Boutigny en Seine-et-Marne.

Âgé de 47 ans, l’homme était en fuite depuis le 24 janvier, après le meurtre dont il est soupçonné d’avoir commis sur son ex-femme au domicile des parents de la victime. Cette dernière, professeur de sport dans un lycée de Rambouillet, s’apprêtait à déménager pour se rapprocher de son lieu de travail lorsqu’elle a été assassinée.

L’individu a été repéré par les gendarmes grâce à sa carte bancaire placée sous surveillance. Ce dernier ayant fait un retrait d’espèces à Meaux comme le précise nos confrères.

Une cagnotte en ligne pour venir en aide aux enfants d’Isabelle Jaubert

Après ce terrible drame qui a affecté de nombreux collègues, élèves et proches de la victime, une cagnotte a été lancée en ligne via la plateforme Leetchi pour venir en aide aux enfants d’Isabelle Jaubert : « Notre amie et collègue “Isa” était une femme généreuse, courageuse, toujours souriante et pleine de projets. Nous souhaiterions que ses enfants Antoine et Clément puissent concrétiser les leurs, nous vous proposons de nous regrouper afin de leur manisfester notre soutien et notre attachement. » peut-on lire sur la plateforme de financement participatif.

A ce jour, plus de 300 personnes ont participé à cette cagnotte en ligne dont nombreux d’entre eux ont écrit des messages de soutien à la famille de la victime.

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdits et seront immédiatement modérés par nos équipes.)

scroll to top