Close

Les terribles images de l’emblématique restaurant du Fouquet’s en feu

Fouquet's

Le célèbre restaurant Le Fouquet's pillé et incendié ce samedi 16 mars à Paris / Capture Youtube Actu Médias

Ce samedi, Paris a connu une nouvelle montée de violences en marge de l’Acte 18 des gilets jaunes. L’emblématique restaurant Le Fouquet’s a été pillé et incendié. Des scènes de violences comparables à celles du 2 décembre où des casseurs s’en étaient pris à l’Arc de Triomphe, monument emblématique de la capitale.

[dropcap]L[/dropcap]e restaurant Le Fouquet’s en feu. C’est l’image qui restera l’une des plus marquantes de cette 18ème journée de mobilisation des gilets jaunes à Paris. L’emblématique restaurant parisien situé sur l’Avenue des Champs-Élysées, a été pris pour cible par un groupe de casseurs. D’abord saccagé en début de matinée par plusieurs individus, le restaurant a été de nouveau pris pour cible en fin d’après-midi avant d’être incendié.

Des casseurs issus du mouvement des black bloc et surtout connus pour cibler les symboles de l’État s’en sont également pris à un kiosque à journaux qu’ils ont incendié. Des boutiques comme Longchamp ou encore Jeff de Bruges ont été vandalisées. Une banque située au rez-de-chaussée d’un immeuble a quant à elle été entièrement incendiée.

Des scènes extrêmement violentes et similaires aux violences commises les 2 et 8 décembres dernier dans la capitale, en marge des manifestations de gilets jaunes.

Christophe Castaner : « Les individus qui ont commis cet acte ne sont ni des manifestants, ni des casseurs : ce sont des assassins. »

Face à cette montée de violences, le Ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner n’a pas tardé à réagir. « Les individus qui ont commis cet acte ne sont ni des manifestants, ni des casseurs : ce sont des assassins. » explique ce dernier en réaction à l’immeuble délibérément incendié par des casseurs. Fort heureusement, l’ensemble des habitants ont été évacués et aucune victime n’est à déplorer. Dans cet immeuble, se trouvait le petit Leith. Ce dernier profondément choqué par ce qu’il a vécu, a envoyé un dessin au Ministre de l’Intérieur, un dessin représentant la Tour Eiffel, accompagné du message suivant : « Je m’appelle Leith et je vous remercie, policiers et pompiers, de m’avoir sauver ma famille et moi…   »

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdites et seront immédiatement supprimées par nos équipes.)

scroll to top