4:17 - jeudi juin 27, 2019

1er-Mai : des manifestants tentent de rentrer de force dans le service de réanimation de la Pitié-Salpêtrière

173 Viewed Jérémy R. 0 respond
Pitié-Salpêtrière
Des manifestants ont tenté d'entrer dans l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière / Capture Facebook

Ce mercredi 1er-Mai, en marge des manifestations des gilets jaunes à Paris, plusieurs manifestants ont tenté de pénétrer dans le service de réanimation de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Incident à l’une des entrées de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière ce mercredi 1er-mai. Pendant la manifestation des gilets jaunes, plusieurs manifestants ont tenté de pénétrer de force dans l’enceinte de l’hôpital. En témoignent les images tournées par les membres du personnel du service de réanimation qui tentent de repousser des personnes qui souhaitent pénétrer de force dans le service.

« C’est la réanimation, il y a des patients ! »

Tout débute par un mouvement de foule aux abords de l’établissement hospitalier. Les membres du personnel qui étaient en pause, se précipitent à l’intérieur du service avant que d’autres personnes extérieurs à l’hôpital ne tentent de rentrer. Une trentaine de personnes dont certaines sont porteuses d’un gilet jaune, sont rassemblés juste devant le service et plusieurs d’entre elles essaient d’ouvrir de force la porte d’entrée du service de réanimation, tenue de force par les membres du personnel hospitalier. « Il y a des malades. Vous êtes sérieux ? C’est la réanimation ici, on ne peut pas ! » s’écrit l’un d’eux.

Selon plusieurs témoins, les manifestants tentaient de fuir des forces de l’ordre. Quelques instants plus tard, des policiers sont arrivés sur place pour venir sécuriser l’entrée du service de l’hôpital et disperser les manifestants.

Une fois le calme revenu, on peut entendre des membres du personnel déclarer : « C’est la faute des CRS, ils sont venus, ils ont pris [les manifestants] en tenaille, la seule issue, c’était ici » puis d’ajouter « Ils ont pris peur, ils ont juste pris peur ! (…) Ils ne savaient pas que c’était la réa ».

Vos réactions : (Les propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdits et seront immédiatement modérés par nos équipes.)