Close

Thonon : Rebecca, 19 ans, violemment frappée à la sortie d’une discothèque

police

Illustration d'un policier / CC

Dans la nuit du 26 au dimanche 27 octobre, Rebecca, âgée de 19 ans, a été sauvagement frappée par un individu à la sortie d’une boîte de nuit.

Sa fin de soirée entre amis a viré au cauchemars ! Rebecca a été agressée à proximité de la discothèque de Thonon-les-Bains, en Haute-Savoie.

La victime qui est sortie de l’établissement aux environs de 4h30 du matin, a été abordée par un homme dans une voiture, rapporte l’hebdomadaire français, Le Messager.

Insulte et agression physique

Cette dernière « lui demande alors de partir ». C’est alors qu’une deuxième voiture arrive et s’arrête à hauteur de la jeune femme. A l’intérieur, un homme l’insulte violemment. « Il m’a traité de pute parce que j’avais dit à son ami de partir. Je me suis énervée contre lui. Et là, il est sorti de sa voiture. Il m’a mis un coup de poing dans la figure. »

Sonnée par le violent coup de poing, la victime tombe à terre tandis que ses amis tentent de la défendre. Son agresseur parvient tout de même à prendre la fuite et le petit groupe réussit à relever la plaque d’immatriculation.

Transportée à l’hôpital, Rebecca se voit prescrire sept jours d’incapacité totale de travail (ITT). La jeune femme a un impressionnant hématome à l’œil droit qu’elle a souhaité partager pour que ce type de violences ne se reproduise pas.

La victime a été portée plainte à la suite de cette agression.

L’auteur des faits appréhendé ?

La maman de la victime qui avait publié un message sur Facebook, pour relater les faits, explique dans une seconde publication, avoir identifié « le propriétaire de la voiture et le nom de l’agresseur » de sa fille. La mère de famille qui ajoute : « Je vous remercie du fond du cœur de votre aide et de votre soutien pour ma fille. »

Quant à l’auteur de l’agression, ce dernier devrait être prochainement convoqué par la police.

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdits et seront immédiatement modérés par nos équipes.)

scroll to top