Close

Val-d’Oise : Deux policiers en surveillance violemment agressés par trois individus

Paris

Illustration d'un véhicule de police / Pixabay

Deux policiers qui effectuaient une surveillance dans la commune d’Herblay (Val-d’Oise), on été violemment agressés par trois individus.


Ce mercredi soir, les deux fonctionnaires de police effectuaient une mission de surveillance à Herblay quand ils ont été « littéralement massacrés »comme le précisent les mots du Ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin devant les caméras de BFMTV.

Les individus sont ensuite parvenus à se saisir des armes des policiers avant de tirer à sept reprises en direction des fonctionnaires. Les policiers qui ont été touchés par six balles comme l’ajoute le Ministre de l’Intérieur qui précise que l’un d’eux se bat actuellement pour la vie.

« Ce sont des actes de grande sauvagerie, non seulement de sauvagerie qui est devenue quotidienne mais contre des policiers et dont personne ne pouvait manifestement ignorer qu’ils étaient policiers. »

Selon BFMTV, les deux policiers effectuaient une surveillance devant un garage clandestin situé dans une zone industrielle de la commune d’Herblay quand ils ont été pris à partie par trois individus.

La chaîne d’information qui précise que les auteurs les auraient pris pour des gitans avant. Les policiers ont donc montré leur carte professionnelle. Malgré cela, ils ont été roués de coups avant que leurs armes ne soient dérobés par leurs agresseurs qui les ont retourné contre les policiers.

A la suite des faits, une enquête pour « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique en bande organisée » a été ouverte. L’un des policiers, un fonctionnaire âgé de 30 ans, a reçu quatre balles dans le bas du corps, dans les jambes mais aussi dans les parties génitales. Ce dernier a été transporté en urgence vers l’hôpital Beaujon de Clichy avec un pronostic vital engagé.

Quant au deuxième policier, un Major de 45 ans, celui-ci a reçu deux balles dans les jambes puis a reçu de violents coups au visage. Il a été admis à l’hôpital de Pontoise. Le fonctionnaire a pu être entendu par les enquêteurs.

Les auteurs qui ont pris la fuite après les faits sont activement recherchés.

Par La Rédaction

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdites et seront immédiatement supprimées par nos équipes.)
scroll to top