Close

Entretien avec Emmanuel Macron : Les syndicats de police se disent satisfait de l’échange avec le chef de L’État

Les policiers jettent leurs menottes au sol / Photo G.R. / SGP

Ce jeudi, le chef de l’État s’est entretenu avec le bureau national des Syndicats de police.


Les syndicats ont été reçus ce matin par Emmanuel Macron en présence d’Éric Dupond-Moretti et de Gérald Darmanin.

Après un peu plus de deux heures de réunion, les syndicats en sont ressortis satisfait par la prise en compte des problématiques de la police par le Chef de l’État. Ces derniers attendent toutefois d’autres dispositions, notamment en ce qui concerne la sécurité des policiers, au lendemain d’un nouveau fait de violence policière survenu à Savigny-sur-Orge dans l’Essonne.

» LIRE AUSSI – Policier renversé à Savigny-sur-Orge : Le Syndicat de l’Essonne demande « une réponse pénale à la hauteur des actes qui sont commis. »

Emmanuel Macron a annoncé aux syndicats de police, l’intégration de la Loi Fauvergue qui comprend :

  • Floutage des policiers dans les médias.
  • La Fins de l’automaticité des aménagements de peine pour infractions vis à vis de policiers.
  • L’utilisation à des fins opérationnelles des images de caméras-piétons.

Si ils se sentent plutôt satisfait de cet échange, les syndicats de police attendent d’autres dispositions. C’est le cas du Syndicat Unité de Police de l’Essonne. « Le ressenti des collègues et de nous mêmes sur le retour de cette audience n’est pas bon ! » nous explique Guillaume Roux, Secrétaire Départemental de l’Essonne qui précise « Nous attendons des mesures plus fortes ! »

Un même discours qui se ressent chez les hauts responsables du Syndicat SGP Police. « Même si Le Garde des Sceaux s’engage à faire une circulaire de politique pénale similaire à celle de la protection des élus… Policiers agressés, renversés et menacés. Pour les protéger, il faudra aller plus loin » expliquent ces derniers.

Par Jérémy Renard

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdites et seront immédiatement supprimées par nos équipes.)
scroll to top