Close

Yvelines. Candidat de Koh-Lanta menacé : L’auteur condamné à 1 ans de prison ferme

Illustration d'un véhicule de police / Pxhere

L’homme originaire des Yvelines qui a menacé Laurent, un professeur d’histoire et candidat dans la dernière saison de Koh-Lanta, été condamné ce jeudi à un an de prison ferme.

Lundi dernier, cet habitant du département des Yvelines avait menacé de décapitation, le professeur d’histoire basé en Isère, à savoir Laurent qui est également l’un des participants de la saison actuelle de Koh-Lanta sur TF1.

C’est sur les réseaux sociaux que l’homme a contacté Laurent, soit le même jour que l’hommage rendu dans les écoles à l’enseignant décapité, à savoir Samuel Paty.

« Je vais te décapiter, c’est un truc de prof d’histoire. »

Selon France Bleu Isère, ce Libanais qui n’a pas utilisé de pseudonyme au moment de contacter l’enseignant, a explicitement menacé de décapitation le prof d’histoire isérois qui participe en ce moment à l’émission de Koh-Lanta : les 4 Terres.

« Salut grosse m…, tu ne réponds pas, tu sais ce qu’on fait aux profs ? » avait écrit l’individu par message privé sur le réseau social Instagram à Laurent comme le précise de son côté Le Parisien. Face à cette menace de mort, Laurent aurait immédiatement tenté de faire une capture d’écran mais n’en n’a pas eu le temps car l’internaute a immédiatement supprimé son compte.

Le candidat qui était toutefois parvenu à retrouver l’auteur du message grâce à son nom sur Facebook avant d’entamer une discussion avec ce dernier : « Je vais te décapiter, c’est un truc de prof d’histoire. » avait alors poursuivi l’internaute qui a également proféré des menaces envers la fille de Laurent.

L’homme qui a été interpellé après les faits, a été condamné ce jeudi à 18 mois d’emprisonnement, dont six assortis d’un sursis probatoire pendant une durée de trois ans, avec notamment l’interdiction d’entrer en relation avec la victime, l’interdiction de se rendre dans le département de l’Isère et une obligation de soins, fait savoir France Bleu Isère.

Suite à sa condamnation, il a immédiatement été placé en détention.

Par La Rédaction

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdites et seront immédiatement supprimées par nos équipes.)
scroll to top