Close

Covid-19. Jean-Castex s’est exprimé ce jeudi soir lors d’un nouveau point presse

Jean-Castex, premier ministre / Capture Youtube

Le Premier Ministre s’est exprimé ce jeudi 25 février pour faire le point sur la situation sanitaire en France.


Lors de cette conférence de presse, le Premier Ministre a dans un premier temps rappelé l’importance du gouvernement dans cette crise sanitaire ainsi que les objectifs à tenir afin de sauvegarder des vies ainsi que la santé des Français.

Jean Castex a tout de même fait savoir que « le virus progresse en France ». Une progression qui peut s’expliquer par l’apparition des variant sur le territoire européen. Puis le Premier Ministre est revenu sur sa prise de parole d’il y a un moyen concernant sa décision de ne pas reconfiner : « Il y a un mois, la décision de ne pas confiner à permis de gagner du temps, une denrée précieuse. L’épidémie avait pu être stabilisé. » a-t-il déclaré ce jeudi. Jean Castex qui a rappelé qu’un confinement « n’est pas anodin » surtout lorsque l’on sait qu’un confinement peut en moyenne durer près de 4 semaines.

Certaines mesures mises en œuvre dans certaines régions de France

Jean Castex qui compte désormais sur l’avancée de la vaccination dans le pays afin de prendre les bonnes décisions. Ce dernier défend les actions ciblées dans certains départements. En Moselle, la vaccination des professionnels de santé a été multipliée. A Mayotte, le confinement sera lui prolongé d’au moins 15 jours. A Nice, comme à Dunkerque, un confinement sera mis en place le week-end.

« Aujourd’hui, d’autres territoires cumulent des indicateurs défavorables. Sur ces territoires sont au nombre de 20 : toute l’Ile-de-France, la majorité des départements PACA et du Nord de la France. La Moselle et la Meurthe et Moselle sont aussi inclus. » a précisé le Premier Ministre ajoutant que « dans ces territoires, des actions sont a envisager. Les responsables locaux vont être consultés. »

Vera-t-on le bout du tunnel ? Jean Castex en a la conviction. « Des signes d’espoirs sont visibles : la campagne de vaccination, la stratégie de dépistage, et de nouveaux traitements. » explique ce dernier.

Pour la campagne de vaccination, Jean Castex défend le choix de vacciner les personnes les plus vulnérables. Ce sont ces personnes qui développent le plus de formes graves, ou meurent du COVID-19. Les effets de la campagne vaccinale s’est faite déjà sentir avec la baisse de l’âge moyen des patients en réanimation.

De son côté Olivier Véran, Ministre de la Santé déplore les dernières augmentations du nombre de cas. C’est bien les variants qui augmenterait la diffusion du virus. « Le COVID-19 sans variant circule moins qu’avant, mais le nombre de cas de variants augmentent, ce qui induit une hausse du nombre de cas. » explique ce dernier.

L’impact des variants n’est pas les mêmes dans toutes les régions. Des évacuations sanitaires sont organisées depuis les régions les plus touchées.

Jean Castex a également fait un point sur les les conditions d’accès à la vaccination : « Si vous avez plus de 75 ans, vous pouvez vous faire vacciner. De plus, chaque personne ayant une pathologie à haut risque peut déjà se faire vacciner. Si vous avez moins de 65 ans, mais êtes en situation de handicap ou en accueil spécialisé, vous pouvez aussi vous faire vacciner. De plus, les personnes entre 50 et 64 inclus, avec comorbidité, peuvent se faire vacciner chez leur médecin. Sans comorbidité, vous pourrez vous faire vacciner en pharmacie courant mars. » a fait savoir Jean Castex.

Le gouvernement se penche désormais sur deux nouvelles pistes de traitement qui sont en train d’être approfondies.

Revoir les annonces de Jean-Castex de ce jeudi 25 février :

Par Jérémy Renard

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdites et seront immédiatement supprimées par nos équipes.)
scroll to top