Close

[DOSSIER] Harcèlement dans la télé-réalité : est-ce la fin d’une machine à buzz ?

Les candidates Angèle, Rania et Nathanya s'expriment dans TPMP / Capture C8

A l’occasion d’un live Instagram, les langues se sont déliées autour du harcèlement dans la téléréalité. Plusieurs candidates ont tenté de montrer au monde ce qui se passe vraiment dans ces émissions. Entre accusations de harcèlement, d’agressions et de trafic de drogues, toute la téléréalité a des choses à dire. Retour sur cette polémique qui enfle de jours en jours…


Les Anges de la téléréalité sont depuis des années une machine à buzz. Chacun a un avis bien tranché sur cette émission, entre divertissement et programme abrutissant. Les Anges sont une émission de téléréalité française produite par la société La Grosse Équipe. Diffusée sur NRJ12, la première saison est arrivée à la télévision le 10 janvier 2011. Dans un cadre idyllique, ce sont toujours une dizaine ou une quinzaine de candidats qui viennent tenter leur chance pour leur « projet pro ». Entre deux disputes et coups d’éclats, les candidats font des shootings photos, des activités en groupe ou se baignent dans leur piscine. On y a vu défiler des personnages qui font partie de la culture populaire à présent comme Nabilla, Kim Glow ou encore Loana. De manière générale, ce sont souvent les mêmes personnes qui reviennent d’années en années avec quelques nouvelles têtes.

Un des dérivés de cette émission est « Les Vacances des Anges ». La quatrième saison de ce programme, sensiblement similaire à son programme parent, a été tournée en République Dominicaine. Cette saison est actuellement diffusée depuis le 29 mars sur NRJ12. Cette saison est placée sous la devise : « Work hard, play hard », que l’on pourrait traduire par Travailler fort, s’amuser dur. Cette quatrième saison a cependant pris une toute autre tournure… comme en attestent plusieurs candidats. Des accusations de harcèlement et de sexisme ont été émises envers cette émission, ses candidats et ses producteurs. Des candidates ont dénoncé des violences subis de la part d’autres participants et de la production sur le tournage. Ces derniers qui entendent dénoncer plus généralement le harcèlement dans la téléréalité.

Le jeudi 15 avril 2021, la bombe a été lâchée sur Instagram. Dans un live, ce sont quatre candidates de téléréalité qui ont expliqué ce qu’elles subissaient devant et derrière les caméras. Elles ont toutes les quatre décidé de parler de ce qu’elles ont vécu sur le tournage « des Anges », ou « des Vacances des Anges ». A la suite du témoignage d’Angèle Salentino, les langues se sont déliées lors de ce live comme le rappelle Le Nouvel Obs. Étaient présentes : Angèle Salentino, Nathanya Sion, Rania Saiidii et sa sœur Rawell.

Les quatre jeunes femmes ont livré des témoignages effarants à leurs followers. Un appel au boycott de l’émission des « Vacances des Anges » en pleine diffusion a alors pris son envol. Le hashtag #boycottlesanges est même arrivée dans les tendances Twitter. Les candidates ont pointé du doigt le sexisme, le harcèlement et la banalisation de la violence faites aux femmes autorisé par la production. Les candidats coupables de ces gestes seraient protégés selon les propos des jeunes femmes.

Ce live du 15 avril a été suivi par une invitation sur le plateau de l’émission Touche Pas à Mon Poste de Cyril Hanouna le 21 avril. Trois des quatre jeunes femmes ont été invitées sur le plateau afin d’exposer leur version des faits. Angèle Salentino, Nathanya Sion et Rania Saiidii ont dénoncé une série d’exactions qui vont du trafic de stupéfiants au harcèlement physique.

« Il y a de la drogue, il y a de l’alcool, et cette drogue, de la cocaïne, est fournie par la production »

Angèle Salentino (TPMP)

Une des accusations les plus troublantes a été portée par Angèle Salentino sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste. L’équipe de production, donc La Grosse Équipe, a été accusée de fournir de la drogue aux candidats, comme le rapporte Toute La Télé.  « Il y a de la drogue et de l’alcool. C’est fourni par la production », a affirmé la jeune femme à Cyril Hanouna. Selon les trois candidates sur le plateau, des stupéfiants circulent et sont consommés sur les tournages.

« Il y a de la drogue, il y a de l’alcool, et cette drogue, de la cocaïne, est fournie par la production. Les tournages se passent à l’autre bout du monde, vous vous doutez bien que les candidats ne vont pas prendre le risque de passer les frontières avec de la drogue. Donc elle vient d’où ? », a demandé l’influenceuse. Un seul fournisseur s’impose pour les candidates à savoir la production.

A l’heure du mouvement #metoo et de la libération de la parole, les candidates ont aussi dévoilé des propos dégradants qu’ils leur auraient été adressés. Nathanya Sion a raconté son premier casting pour « Les Anges de la téléréalité ». « Le producteur m’a demandé : « Et sinon tu te rentres des trucs ? » « En gros, il voulait savoir si je me rentrais des godes dans mon vagin » a expliqué la jeune femme devant les chroniqueurs choqués. Après ces propos, elle est partie du casting en insultant la production. Elle aurait tout de même été rappelée par La Grosse Équipe.

Dans ces émissions, il existe deux genres de scènes qui font le buzz : les disputes et les intrigues amoureuses. Pour les intrigues amoureuses, certaines candidates pourraient être encouragées à se mettre en couple ou à tromper leur conjoint. « Une productrice, quand elle a vu que je ne voulais pas me mettre en couple, est venue me voir en disant tu as fait un casting de salope et maintenant tu fais la prude ? », raconte Nathanya Sion sur le plateau.

Sur le live Instagram, Angèle Salentino avait déjà déploré des propos dégradants tenus par une des responsables de l’aventure. Avant leur entrée dans la villa, les Anges sont briefés. Lors d’un briefing tenus devant toutes les candidates, Angèle rapporte ces paroles : « On nous a dit mot pour mot Bon ben les filles, les mecs n’en peuvent plus. Ils sont à l’hôtel, ils vont exploser. Vous êtes à deux doigts de vous prendre une giclée de sperme au visage ».  

Sur Instagram, les quatre candidates avaient déjà dénoncé le harcèlement annuel dont certains candidats faisaient l’objet. « J’ai l’impression que c’est la signature des Anges le harcèlement. J’ai l’impression que chaque année tout est mis en place, autant par les candidats que la prod, pour qu’il y ait une personne qui subisse de l’acharnement, parce que ça fait réagir les gens sur les réseaux et ça fait monter les vues », a déclaré Angèle, victime de ce harcèlement cette année. Les scènes d’altercation commencent souvent avec des prétextes futiles, juste bon à déclencher une dispute. Angèle a notamment rappelé une altercation auquel elle a du prendre part cette année devant les caméras. Lors d’une soirée dans la villa des Vacances des Anges 4, Angèle aurait apparemment regardé de travers Raphael Pépin, un autre candidat. Celui-ci soutenu par sa petite amie Tiffany Gounin, elle aussi dans l’aventure, l’aurait agressé verbalement.

Les téléspectateurs des Anges sont habitués à voir ces scènes de violence, d’insultes, d’intimidations et d’acharnement en groupe. Ces dernières qui sont devenues quotidiennes dans le programme : «Un acharnement, ce sont plusieurs personnes qui vont s’en prendre à une seule candidate et qui vont la pousser psychologiquement à bout. Cela se produit à travers des humiliations et des insultes. Dans mon cas, on m’a balancé du produit ménager sur le visage, on m’a traité de pute et de salope, on m’a menacé de me frapper » explique Angèle Salentino sur TPMP en parlant de son expérience sur le tournage des Vacances des Anges 4. C’est cette saison qui est en cours de diffusion.

Angèle a semble-t-il été la victime de l’acharnement de certains candidats lors du tournage. Sur TPMP, elle a expliqué avoir été enfermée à clé dans une chambre, alors qu’elle avait été agressée par deux candidats. Elle a également expliqué dans une vidéo postée sur Youtube sur la chaîne de Bastos que ces faits étaient consécutifs à l’altercation avec Raphael Pépin et Tiffany Gounin. Au lieu de sanctionner ses agresseurs, les membres de la production ont préféré placer la candidate à l’écart. NRJ12 se serait défendue face à cette allégation, expliquant que la candidate aurait été dans un état d’ébriété. En réponse, Angèle a expliqué dans la vidéo postée sur Youtube qu’elle n’aurait bu cette soirée là qu’un unique verre contenant d’alcool.

Loin de leur proche, détaché de la vie réelle, les candidats pourraient vite perdre pied. Certains réclameraient à sortir du tournage, ce qui serait rendu impossible par la production. Détenant les passeports et les téléphones des candidats, la production aurait soit-disant le dessus. Isolé physiquement et psychologiquement, plusieurs candidats ont déjà dénoncé le manque d’accompagnement psychologique dans ce genre d’émissions.

Certaines tensions et altercations ont marqué le monde de la téléréalité. Morgane Enselme avait fait une vidéo il y a quelques années dénonçant son expérience et les conditions de tournage du programme « Secret Story 5 » diffusé sur TF1. Elle y avait notamment expliqué que la production montait les candidats les uns contre les autres pour avoir des séquences chocs et faire le buzz. Faire le buzz, là est une expression qui pourrait être au cœur des stratégies des entreprises de production. Pour avoir des bonnes audiences et reconduire le programme, il faut avoir des téléspectateurs en nombre. Il faut les attirer avec des scènes qu’ils ne verront pas ailleurs. La concurrence entre les programmes de téléréalité pousse à chercher toujours plus de buzz.

Malheureusement, la grande majorité des personnes harcelées dans ces émissions sont des femmes. Plusieurs candidats ont été maintes fois pointés du doigt, sans aucunes conséquences. Cette violence envers les femmes diffusée devant un public jeune, adolescents et jeunes adultes, contribuent à renforcer la banalisation des violences faites aux femmes. L’article de Toute La Culture le démontre bien. Les normes genrées véhiculées dans ces émissions sont encore renforcées !

Avec tous ces faits en tête, il est assez aisé de comprendre pourquoi les internautes ont répondu positivement aux appels aux boycotts de l’émission. Ces propos chocs ont été relayés sur les réseaux sociaux, et même soutenus par d’anciens candidats ayant subi les mêmes faits. Le hashtag #boycottlesanges est donc monté jusqu’aux tendances Twitter. Un véritable mouvement de contestation s’est mis en place. Les quatre candidates du live ont quant à elle décider de saisir la justice. Elles ont pris un unique avocat, afin de constituer une plainte contre la société de production comme le rapporte nos confrères du Figaro.

Quand la téléréalité se retrouve devant la justice

Ce n’est pas la première fois que des affaires de téléréalité arrivent devant la justice. En mars 2021, nous pouvons penser au scandale de sorcellerie qui avait embarqué les Marseillais et tous les internautes dans un puits sans fond. Entre accusation sur Snapchat, sur Instagram, des screenshots de conversations, des enregistrements vocaux, chaque jour connaissait un rebondissement. L’affaire avait pris une tournure à n’en plus finir. Au final, Carla Moreau, la principale victime de cette campagne d’accusations, a porté plainte contre sa voyante, au cœur du scandale.

Le 19 mai, c’est un dénouement dans une affaire de téléréalité qui est attendu. Dans la huitième saison des « Anges de la Téléréalité », une candidate avait été la victime de l’acharnement collectif : Aurélie Preston. Certains se souviennent par exemple de la scène où Ricardo décide de lancer son matelas par le balcon de la villa. Pourquoi donc ? Aurélie s’est plainte qu’elle ne voulait pas faire le ménage seule, alors que d’autres personnes de la villa ne faisaient rien. Ricardo, excédé par ce simple constat, s’était de suite emporté. On a ensuite revu  le candidat a de maintes reprises dans le programme « des Anges » ainsi que dans d’autres programmes de téléréalités.

A l’heure des dénonciations du comportement de certains candidats, Aurélie a ainsi réagi sur les réseaux sociaux : « Bonjours à tous, je vois vos messages, vos identifications, sachez que cela me touche de voir votre soutien infaillible et en même temps, cela me rappelle oh combien j’ai eu mal… Nous sommes plusieurs années après, sachez que si je ne m’exprime pas à l’heure actuelle c’est pour la simple et bonne raison, que le 6 avril, mon avocate était à la cour d’appel de Paris pour le dernier chapitre de mon procès contre ‘’La Grosse équipe’’. Je dois attendre le délibéré le 19 mai, et après ce combat sera enfin derrière moi. Je vous aime. ». Ce message émouvant annonce une nouvelle page dans l’histoire de la téléréalité, et peut-être une condamnation pour La Grosse Équipe.

Ricardo a notamment fait reparler de lui très récemment. Lors du premier tournage « des Vacances des Anges 4 », les candidats sont allés à la Réunion. Avant le début du tournage, les candidats ont pu se détendre sur l’île. Une violente dispute avait éclatée entre un maire de l’île accompagné de sa famille et trois candidats. Ces derniers qui s’étaient retrouvés en garde à vue avant même le début du tournage, à savoir : Ricardo, sa compagne du moment Nehuda ainsi que Kevin. Face à la polémique liée à cette altercation qui avait fait énormément réagir sur les réseaux sociaux, la production avait cette fois-ci décidé d’écarter les candidats du programme et de les renvoyer en France.

Ricardo, comme Nehuda, avait  fait beaucoup de vagues lors de leur histoire d’amour. En couple depuis la saison 8 « des Anges », le couple avait vu s’ouvrir en 2017 une enquête judiciaire pour suspicion de maltraitance envers leur bébé qui avait reçu un téléphone portable au visage accidentellement. La même année, le couple avait également été accusé d’avoir agressé une fan et son amie. En 2019, le jugement les avait déclaré coupable, donnant lieu à deux mois de sursis pour Ricardo ainsi que 150 euros d’amendes et 2000 euros pour Nehuda. A leur rupture en 2021, Nehuda a accusé Ricardo de l’avoir déjà frappé alors qu’elle était enceinte. Des propos qui avaient été rapportés par le magazine Voici. La jeune femme qui avait même déclaré que son ancien compagnon était raciste et était un pervers narcissique.

Quand la téléréalité pousse à bout : Les larmes de Sarah Fraisou sur le plateau de Touche pas à Mon Poste

De manière plus générale, les producteurs de téléréalité en France ont tendance à rappeler toujours les mêmes candidats, que ces derniers aient été accusés de violence ou d’harcèlement… On retrouve sur cette liste peu glorieuse plusieurs candidats, dont Raphaël Pépin et Sarah Fraisou. Cette dernière qui est allée récemment s’expliquer sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste le 27 avril répondre aux accusations. « Je pense qu’il y a beaucoup de personnes qui ne se sont pas mises de mon côté parce qu’on dit que j’ai harcelé. Oui, j’ai été dans certaines embrouilles parce je ne me laisse pas faire. Quand on m’appelle pour une téléréalité, on me prend pour mon personnage. Je suis quelqu’un qui s’exprime sans même réfléchir, je suis 100% naturelle et c’est pour ça qu’on me rappelle d’ailleurs » a déclaré la candidate.

La jeune femme qui a ensuite fondu en larmes, très touchée par cette affaire. Sous le feu des projecteurs, elle a du affronter une séparation et ces accusations en quelques jours. « A plusieurs reprises, je ne vais pas vous mentir, je suis tombée vraiment bas et j’ai envoyé un message à ces personnes en disant : ‘A un moment donné, je vais m’ouvrir les veines’, Parce que j’ai un caractère qui est assez fort. On se dit : Elle peut tout assumer » a-t-elle expliqué. Elle a ensuite réagi aux allégations portées par les quatre candidates. Sarah n’aurait jamais été témoin de la circulation d’une quelconque drogue.

Raphaël Pépin a lui aussi été invité sur le plateau de TPMP, le lendemain du passage des candidates. De son point de vue, il n’y aurait pas d’acharnement dans la téléréalité. Pour lui, les querelles sont fréquentes certes, mais elles ne constituent pas du harcèlement. Raphaël a cependant avoué avoir déjà été violent avec une de ces anciennes compagnes. Au sujet de la fameuse altercation pour un mauvais regard avec Angèle, le couple Tiffany-Raphaël est resté sur une même ligne : « Angèle était ivre. »

Le couple aurait d’ailleurs fait appel à un avocat qui leur a conseillé de ne rien poster sur les réseaux sociaux à ce sujet. Quand à la drogue, Raphaël n’en aurait jamais vu sur les tournages, hormis peut être du cannabis. Il aurait lui-même dénoncé à la production des candidats qui en auraient eu dans leurs affaires. Dans ce cas, comment a-t-il pu dénoncer des choses qu’il n’a jamais vu sur le tournage ? C’est cette contradiction que beaucoup d’internautes ont relevé, mettant en doute la sincérité du candidat.

D’autres personnes ont-elles aussi réagi à ces allégations. Certaines personnes rejettent en bloc ces accusations, comme la production de l’émission ou certains candidats. Certaines personnalités démentent l’existence même de ce genre de comportements. Ils clament que ces altercations et autres coup d’éclats ne sont que l’essence de ces programmes. Il est nécessaire d’avoir ces problèmes sans quoi la téléréalité perdrait tout son attrait. 

Le parrain historique des Anges de la téléréalité, Fabrice Sopoglian, a quant à lui réagi au micro de Sam Zirah. « Le terme acharnement me dérange, personne n’est emprisonné, les candidats peuvent partir à tout moment», a-t-il assuré. «Personne n’est formaté au démarrage d’un tournage pour se faire taper sur la tête, ça n’existe pas.»  Fabrice a aussi démenti toute accusation de scénarisation par la production.

Il a cependant déploré le manque de spontanéité de certains candidats, qui enchaînent les tournages pour gagner des followers, et donc faire des placements de produits toujours plus lucratifs.

Face à la polémique, NRJ12 a décidé de suspendre le tournage de la prochaine saison des Anges

Après toutes ces accusations, et les appels au boycott, NRJ12 diffuse toujours « Les Vacances des Anges 4 ». Si les faits sont avérés, ils pourraient tirer définitivement un trait sur l’émission des Anges, mais aussi sur la société de production La Grosse Équipe. Guillaume Genton, propriétaire d’une autre société de production travaillant avec NRJ12, a révélé que la chaîne avait décidé de suspendre le tournage de la prochaine saison des « Vacances des Anges ». Cette émission qui devait être diffusée à la rentrée devait subir une refonte pour la rapprocher d’une téléréalité axée sur l’amour.

Les quatre jeunes femmes ont confirmé vouloir aller jusqu’au bout de leur plainte. La Grosse Équipe ne s’est pas encore exprimé officiellement sur toute cette affaire. Certains blogueurs, comme Wassim. TV rapporté par Officielles, ont affirmé de leur côté, que NRJ12 souhaitait porter plainte contre les quatre candidates ayant lancé le mouvement. Des informations qui n’ont toutefois pas été confirmées par la chaîne.

Par Émilie Autin

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdites et seront immédiatement supprimées par nos équipes.)
scroll to top