Close

Le journaliste français, Olivier Dubois, retenu en otage au Mali

Olivier Dubois / Capture Twitter

Olivier Dubois, journaliste pour Le Point Afrique et Libération, explique dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux qu’il serait détenu en otage au Mali depuis le 8 avril.


«Nous confirmons la disparition au Mali dOlivier Dubois. Nous sommes en contact avec sa famille ainsi quavec les autorités maliennes. Nous procédons aux vérifications techniques dusage», a affirmé le Quai d’Orsay.

Le journaliste indépendant, disparu depuis plusieurs semaines, serait en vie. Dans cette vidéo postée dans la nuit du 4 au 5 mai, il explique être aux mains du Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM), une branche d’Al-Qaïda située au Mali.

Dans son message, il s’adresse à « (sa) famille, à (ses) amis et aux autorités françaises pour qu’elles fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour le faire libérer ». Son enlèvement aurait eu lieu à Gao, dans le nord du pays.

L’un des responsable aux Affaires étrangères française à Paris à confirmé l’information à l’AFP et à France Info. « Nous sommes en contact avec sa famille ainsi qu’avec les autorités maliennes. Nous procédons aux vérifications techniques d’usage », a assuré cette source.

Olivier Dubois se trouvait sur place pour un reportage, c’est ce que rapporte sur Twitter Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières, il explique qu’Olivier Dubois connaissait bien cette région.

« Nous avons été informés deux jours après sa disparition. En concertation avec les rédactions qui l’emploient habituellement, nous avons pris la décision de ne pas rendre publique cette prise d’otage, afin de ne pas entraver une éventuelle issue positive rapide », a -t-il ajouté sur Twitter.

Une montée du djihadisme au Mali

« RSF appelle à la libération d’Olivier Dubois . Nous demandons aux autorités maliennes et françaises de tout mettre en oeuvre pour obtenir sa libération et adressons tout notre soutien à sa famille et à ses proches. »

Le Mali fait face à une montée du djihadisme et ces violences se propagent également dans les pays voisins, au Burkina Faso et au Niger. Elles sont la cause de milliers de morts malgré l’intervention des forces de l’ONU, et des forces françaises et africaines.

Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de Reporter sans frontières s’est exprimé : « C’est un coup extrêmement dur porté au journalisme. Les groupes armés continuent à avancer, mais le journalisme et l’information reculent. Plus d’une semaine après l’assassinat des deux journalistes espagnols au Burkina Faso et huit ans après l’assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon [dans le] nord du Mali, l’enlèvement d’Olivier Dubois montre qu’il est toujours aussi difficile et dangereux de couvrir cette région du monde ».

Par Marion Hauptmann

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdites et seront immédiatement supprimées par nos équipes.)
scroll to top