Close

Exclu. Ce jour où Pascal Soetens s’est fait casser le nez quand il était en primaire

Pascal Soetens raconte comment il s'est fait casser le nez lorsqu'il était en primaire / JR - Actu-mag.fr

INFO ACTU-MAG – Le Grand Frère que nous avons reçu en interview il y a quelques jours, s’est confié sur son enfance. Il est également revenu sur un fait marquant qui lui est arrivé en primaire et qu’il n’est pas prêt d’oublier.



Pascal Soetens, allias Pascal le Grand Frère s’est livré dans une longue interview pour notre média. Âgé de 51 ans, le père de deux enfants est revenu sur une anecdote qui l’a profondément marqué au cours de son enfance.

Au cours de son enfance, Pascal nous explique avoir eu quelques différents avec des camarades mais c’est surtout en primaire qu’il a vécu une histoire qu’il n’est pas prêt d’oublier.

« A l’école primaire j’étais déjà un petit dur à l’époque. » nous confie le Grand Frère qui nous explique avoir été la victime d’un camarade. « Un jour, en marchant, un mec me bouscule puis me tape l’épaule. » ce à quoi le Grand Frère répond : « Tu fais quoi là ? ».

Le nez cassé et le visage en sang

Ni une ni deux, son camarade rétorque par un violent coup de poing au visage de Pascal qui ne s’attendait pas à une telle réaction : « Le mec me met une droite et me casse le nez. J’ai plein de sang, je regarde le mec et je lui dit : ‘Putain tu m’a pété le nez’ » poursuit Pascal qui explique avoir été contraint de se rendre à l’infirmerie de l’école.

Le lendemain des faits, le Grand Frère qui retrouve son camarade, souhaite s’expliquer avec lui sur l’altercation de la veille : « Faut qu’on se parle » lance le Grand Frère à son agresseur qui s’excusera aussitôt comme il nous le confie. « Le faite qui s’excuse, je n’avais plus envie de le frapper et c’est à ce moment là que je me suis dit : est-ce que ce n’est pas moi qui est cherché l’histoire. »

LIRE AUSSI – (Vidéo) Pascal Soetens. Enfance difficile, carrière professionnelle et projets ambitieux : Le grand frère nous dit tout !

Pascal comprend à cet instant que cela ne servait à rien de se battre. « On trouve toujours plus fort que soit et moi je l’ai compris en primaire. » souligne Pascal qui garde encore les séquelles de cette bagarre sur son nez.

Par Jérémy Renard

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdites et seront immédiatement supprimées par nos équipes.)
scroll to top