Close

Paris. Anti-vax et anti-pass défilent contre l’extension du pass sanitaire et l’obligation du vaccin pour les soignants

Illustration de policiers / Unsplash

Depuis les dernières annonces d’Emmanuel Macron ce lundi 12 juillet, la population est divisée sur les nouvelles mesures mises en place par le gouvernement dont l’extension du pass sanitaire et l’obligation du vaccin pour les soignants. Ce mercredi, plusieurs manifestations ont eu lieu dans toute la France avec des affrontements parfois violents comme à Paris.


Depuis quelques heures, un sujet fait débat au sein de la nation à savoir : la vaccination obligatoire pour les soignants et la mise en place du pass sanitaire étendu dans plusieurs lieux publics.

Un sujet qui divise fortement la population qui se déchire sur les réseaux sociaux depuis les dernières annonces d’Emmanuel Macron concernant les dernières mesures annoncées sur la situation sanitaire en rapport avec le variant Delta qui progresse rapidement sur le territoire.

Ce mercredi, quelques heures après le défilé du 14 juillet, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de plusieurs grandes villes de France pour exprimer leur mécontentement après des appels à manifester lancés sur les réseaux sociaux contre « la dictature sanitaire ». Selon la police, plus de 7800 manifestants ont été ainsi recensés à 15h00, dont 1200 à Montpellier, 1000 à Marseille, 800 à Annecy et 720 à Rouen.

La capitale n’a pas échappé à ces rassemblements spontanés non déclarés en préfecture. Plusieurs personnes dont des gilets jaunes, anti-vax et anti-pass se sont ainsi rassemblées pour montrer leur ferme opposition aux nouvelles mesures imposées par l’exécutif concernant la vaccination qui devient désormais obligatoire pour les soignants.

Plusieurs incidents en marge de la manifestation parisienne

Sur le parcours improvisé par les manifestants, plusieurs incidents se sont produits comme l’ont constaté les journalistes présents sur place. Un engin de chantier a été incendié et des affrontements entre plusieurs groupes d’individus et des policiers se sont produits tout au long de la manifestation.

Les policiers visés par de nombreux projectiles, ont été contraints de faire usage de gaz lacrymogène pour disperser les quelques groupes de casseurs venus en découdre avec les forces de l’ordre. Plusieurs individus ont ainsi été interpellés mais aucun chiffre officiel n’a pour le moment été dévoilé par les autorités.

Des clients installés en terrasses de café ont dû être évacuées après l’utilisation de gaz lacrymogènes par la police pour disperser les quelques fauteurs de trouble comme en témoignent les images rapportées par le journaliste Rémy Buisine.

Par La Rédaction

scroll to top