Vie pratique et Loisirs

Le réseau de joueurs et de parieurs comme espace convivial

Trouver un mode de rencontre, par le biais d’un forum de discussion entre joueurs et parieurs, est-ce la forme contemporaine du café du commerce ?

Certes, l’objectif du joueur est de bonifier sa pratique du jeu par des revenus substantiels. Mais c’est aussi un moyen de rencontrer des passionnés comme lui et de passer du temps avec eux.

Les interactions s’imposent naturellement autour d’un jeu de table. Mais, les sites tels que https://www.jouerenlignefr.org déploient des fonctions d’échanges et de conseils, comme dans d’autres disciplines sportives. Ils forment des communautés, grâce auxquelles faire le point sur cette passion qui les anime et développer leurs compétences de joueur.

Dès son apparition, Internet a permis ce type de rassemblement, avant les premiers réseaux sociaux. On a pu se connecter à des milliers de personnes en un clic et démultiplier d’autant les chances de rencontres. Il s’agit de parier sur l’utilisation maximale de l’intelligence collective afin de réinventer une façon de produire de la participation sociale, sur des segments où les citoyens ordinaires se sentaient floués, par manque d’espace d’expression libre, non censurée (d’où l’usage régulier de pseudos). Cette logique était aussi propice à la notion de groupes d’intérêts se concentrant pour faire avancer une cause. On a trouvé à foison des forums d’entraide dans tous les domaines et, évidemment, les jeux en ligne et le monde électrique des paris en ligne. 

Le réseau sera social ou ne sera pas

Les réseaux sociaux ont trois objectifs : la socialisation, le réseautage et la navigation (sociale).

Cette prolifération de supports de publication et de discussion a donné lieu à l’invention de métiers déjà préexistants, comme le Community Manager, plus communément appelé modérateur.

Des forums pratiques ont permis de communiquer, autour du jeu, comme ClubDesJoueurs, SOS casino, ou Conseil des joueurs.

Les forums d’aide et de lutte contre l’addiction

Les réseaux sociaux ont pris la suite virtuelle du monde associatif et lui ont donné sa visibilité en ligne. Ainsi, au-delà de l’échange d’astuces et de coups de main entre joueurs et parieurs, qui permettent de réaliser des gains substantiels, la présence sur Internet révèle les mêmes dérives que le passage au bistrot ou au bureau de tabac : celles liées à la dépendance. C’est pourquoi une forme d’assistance à personne à risque d’addiction s’est rapidement mise en place. La personne en situation addictive est souvent isolée, discrète, difficile à repérer, hormis par le propriétaire de site, à cause de comportements compulsifs, répétitifs et fréquents, et elle ne s’en aperçoit elle-même pas tout de suite. Elle a besoin, comme la personne qui sombre dans l’excès de boisson ou d’autres difficultés non exprimées, du regard des pairs, qui connaissent ce type de problèmes et ne la juge pas.

Les victimes collatérales

C’est un véritable fléau économique, lorsque cette pratique abusive met en danger la gestion d’un ménage, ou que la personne s’est trouvée là à cause d’un manque à gagner (chômage ou autre) qu’elle entendait combler via cette « facilité » du jeu en ligne. Ce manque de maîtrise de ses propres investissements financiers « raisonnables » peut entraîner un foyer au surendettement, à leurs dépens, en puisant dans d’autres ressources, avec un fort risque de déclassement social. Une fois enclenché, le phénomène peut avoir des conséquences dévastatrices.

Aussi, il revient, à la fois aux casinos propriétaires et aux associations, d’être extrêmement vigilants, d’identifier et de soutenir ces gens menacés par une pratique exagérée de ces divertissements, devenant une tyrannie. Des périodes de crise sociale intense, comme depuis la pandémie, peuvent voir apparaître des exemples frappants qu’on ne percevait pas auparavant. Plusieurs adresses utiles sont fournies par de nombreux acteurs du milieu, telles que SOS Joueurs ou Joueur Info Service. On peut avoir besoin, sans honte, d’un service expérimenté pour réduire ce type de dépendance, voire s’interdire des connexions pendant une période donnée, le temps de « récupérer » sur le plan moral et d’être mieux à même de faire face. Des dispositifs d’auto-exclusion sont proposés par les acteurs du marché.

L’émergence de réseaux sociaux dédiés aux joueurs

On a présenté, en diagonale rapide, cet historique qui ancre ces communautés de pratiquants, cercles ou clubs-internet dans le passé récent des premiers fora de discussion. Les réseaux sociaux type Facebook et Instagram ont vu leurs cotes monter en flèche. Ils ont rapidement été supplantés par les sites de streaming comme Twitch, qui gagnent encore en interactivité. Surtout, ces réseaux deviennent une source de revenu par affiliation pour les streamers. Le jeu n’est donc plus seulement un moyen de parier, pour gagner ou perdre, mais un bon moyen de capitaliser et de participer à une aventure entrepreneuriale.

Votre réaction suite à cet article ?

Articles similaires