5:30 - lundi décembre 5, 2016

Critérium du Dauphiné : Spilak imite Trofimov

Juin 12, 2014 225 Vues Cyprien B. 0 Commentaires
single-thumb.jpg

Cela va devenir une habitude : comme hier, le vainqueur est un coureur de Katusha, parti seul dans la dernière difficulté, sans avoir été rattrapé par ses poursuivants.

Ce jeudi se disputait la 5ème étape du Critérium 2014, au départ de Sisteron. Une étape de montagne, qui  devait creuser les écarts au classement. Si Christopher Froome a réussi à conserver sa première place à La Mûre, il n’a pas été serein toute la journée.

Simon Spilak (SLV – Katusha), parti dans la côte de Laffrey, a résisté à ses poursuivants jusqu’à la ligne, à l’image de son coéquipier Yury Trofimiv hier à Gap. Romain Bardet (FRA – AG2R), dans le top 15 hier, a réussi aujourd’hui à finir 5ème. On peut aussi noter la bonne 9ème place du champion de France, Arthur Vichot (FDJ).

 

La course

Les équipes des favoris semblaient prévenues : elles ont complètement verrouillé le début de course, empêchant tous les fuyards de s’échapper.

Puis, après 14km à grande vitesse, une chute a envoyé plusieurs coureurs au sol, dont Jérôme Pineau (FRA – IAM), qui a immédiatement abandonné pour être transporté à l’hôpital de Sisteron, blessé à la main.

Au 44ème kilomètre, un groupe de 9 coureurs parvient enfin à s’extraire, composé entre autres de Blel Kadri (FRA – AG2R), Simon Spilak, Alessandro De Marchi  (ITA – Cannondale) ou encore Dries Devenyns (BEL – Giant-Shimano). En réponse à la présence dans cette échappée de De Marchi, second au classement des grimpeurs, Europcar roule à l’avant pour aider Kevin Reza (FRA – Europcar) dans sa quête du maillot à pois.

Dans le col de Manse, De Marchi et Spilak ont abandonné leurs compagnons d’échappée pour gravir seuls la première difficulté de la journée. En tête de peloton, Voeckler et Sicard (Europcar) réagissent pour protéger le maillot de leur équipier. Ils sont accompagnés par Mikael Chérel (FRA – AG2R), Egor Silin (RUS – Katusha) et Jan Bakelants (BEL – OPQS).

Cette première ascension n’est pas aussi facile pour tout le monde. Pourtant assez facile sur le papier, ce col fait des dégâts à l’arrière. Reza, Igor Anton, Kiriyenka mais aussi Kwiatkowski n’arrivent pas à suivre le train de tête. De Marchi passe ce col en tête et prend les 10 points et se rapproche du Français.

Dans la descente, un groupe de 10 se recompose en tête, suivi de près par Cyril Gautier (FRA – Europcar), Christophe Le Mével (FRA – Cofidis), Mikael Chérel, Bart De Clercq (BEL – Lotto-Belisol) et Jan Bakelants. Les deux groupes fusionneront après quelques kilomètres, avant d’être rejoints par Jens Voigt (ALL – Trek).

En passant devant les autres au sommet de la côte du Motty, De Marchi s’empare de la tunique à pois, aux dépens de Reza.

C’est ensuite la cinquième ascension de journée qui a redéclenché les hostilités. Ou plutôt la descente de ce col de la Morte. Mené alors par l’équipe Saxo-Tinkoff d’Alberto Contador (ESP), le peloton a réduit l’écart avec le groupe de tête ; c’est sans doute ce qui a motivé les Français Chérel et Le Mével à partir, seuls à l’avant de la course.

Dans cette même descente, Contador prend la décision d’attaquer. Lui qui n’a que 12 secondes de retard sur Froome, pourrait bien s’emparer du maillot jaune s’il résiste au TGV Sky durant 25km. Il est accompagné par Bonnafond (FRA – AG2R). Les deux hommes rattrapent rapidement Sanz (ESP – Movistar) et Paulinho (POR – Saxo-Tinkoff).

Chérel passe alors aux choses sérieuses, et se débarrasse de son compatriote pour mener seul les débats. Contador, quant à lui, préfère continuer seul que d’être ralenti par ses compagnons. Il revient alors à grande vitesse sur ses prédécesseurs, avec près d’une minute d’avance sur le maillot jaune.

Dans la côte de Laffrey, dernière ascension du jour, Chérel est repris par ses poursuivants. Derrière, Contador reprend un à un tous les échappés. Ainsi, De Marchi et Vichot arrivent à s’accrocher et le trio commence à ralentir, ou plutôt le peloton commence à accélérer, sous les coups de pédale de Nieve (ESP) et Porte (AUS), les coéquipiers de Froome. 

Spilak, alors dans le groupe de tête, part seul à 20 km de la ligne pour réaliser le même numéro que Trofimov hier. Peu de temps après, Contador et Vichot, entre autres, sont repris par le groupe Froome.

 

A 11 km, Romain Bardet (FRA – AG2R) décide d’attaquer pour reprendre les 40 secondes de retard qu’il accuse sur Spilak. Trois kilomètres plus tard, les choses s’éclaircissent un peu, avec le regroupement en un unique groupe de poursuivants entre le peloton et l’homme de tête. Wilco Kelderman, troisième au général, s’échappe à l’approche de La Mûre et prend la seconde place sur la ligne, obtenant ainsi 6 secondes de bonification.

 

L’étape de demain

L’étape de demain devrait être plus calme. Au départ de Grenoble, pour arriver à Poisy, le parcours est moins accidenté que ces deux derniers jours. Les coureurs resteront dans la vallée, n’ayant à gravir que 3 difficultés de 4ème catégorie. Néanmoins, la présence de deux côtes dans les 20 derniers kilomètres pourrait laisser une chance aux puncheurs, qui se feront un plaisir d’empêcher une victoire au sprint. De plus, une ascension à 3 km de la ligne comporte des passage à 15%, qui pourraient permettre à des bons finisseurs de se faire la malle. Si le peloton arrive entier sur cette petite côte et qu’il n’y a pas de franche attaque (hypothèse qui n’est tout de même que peu probable), on peut penser qu’Arnaud Démare (FRA – FDJ) pourrait jouer la victoire au sprint, lui qui n »est pas ridicule lorsque la route s’élève. Si la victoire finale se joue dans cette côte, on peut espérer que les Français Arthur Vichot (FDJ), Julien Simon (Cofidis), Romain Bardet (AG2R), Tony Gallopin (Lotto-Belisol), Sylvain Chavanel (IAM) ou encore Jonathan Hivert (Belkin) seront à leur avantage. En ce qui concerne les coureurs étrangers, on peut retenir quelques noms comme Jakob Fuglsang (DAN – Astana), Simon Gerrans (AUS – Orica-GreenEdge), Daniel Moreno (ESP – Katusha) ou Bartosz Huzarski (POL – NetApp).

Demain sera la dernière étape d’une difficulté moyenne, avant d’attaquer les deux dernières, lors desquelles tout peut encore se passer, avec des cols hors-catégorie, et un Contador qui a montré aujourd’hui qu’il a retrouvé son meilleur niveau pour attaquer en montée.

 

l’Article a été lu [post_view time= »day »] fois aujourd’hui et lu [post_view] fois au total.

Vos réactions

Filed in