9:18 - jeudi décembre 8, 2016

Nicolas Sarkozy s’exprime sur TF1 : Il y’a une volonté de m’humilier

Juil 2, 2014 235 Vues Malay N. 0 Commentaires
single-thumb.jpg

Nicolas Sarkozy riposte en lançant sa contre-offensive. Mis en examen pour violation du secret de l’instruction, corruption et trafic d’influence actifs, ce dernier a décidé de sortir de son silence médiatique pour s’expliquer. C’est un moment crucial, son retour politique est tant attendu. Et cette garde à vue vient entacher sa carrière politique. C’est la première interview depuis qu’il a quitté ses fonctions.
Retrouvez les moments clés de l’interview.

20h28 – il évoque son avenir politique et l’UMP.

« J’ai longuement réfléchi à ces questions. La question de savoir si on renonce ne se pose pour moi. Pourquoi ? Parce que vis-à-vis de son pays, on a des devoirs, on n’a pas des droits. »

« Je regarde avec consternation l’état de la France et je connais l’inquiétude des Français. »

« Quand prendra-t-il sa décision concernant la présidence de l’UMP ? « A la fin du mois d’aout-début septembre, je déciderai ce que j’aurais à faire. »

« N’anticipez pas la décision que je serais amené à prendre. J’aime passionnément mon pays, et je ne suis pas un homme qui se décourage devant les vilénies et les manipulations politiques. »

20h25 – Nicolas Sarkozy aborde l’affaire Bygmalion.

« Croyez-vous que les rapporteurs du Conseil constitutionnel ont laissé passer 17 millions d’euros ? »

« Il n’a jamais eu le moindre système de double facturation. Les 17 millions, c’est une folie. »

« M. Lavrilleux aura à rendre compte devant la justice. Je suis moi-même avocat, je ne ferai pas aux autres ce que l’ont m’a fait. »

20h23 – « Je suis seul avec le soutien de millions de gens. Que puis-je faire, si ce n’est prendre les Français à témoins ? »

« Cela fait 35 ans que je fais de la politique. Jamais aucun responsable politique n’a été autant surveillé que moi. »

« Je prends les Français à témoins, car quand on a la certitude de son innocence, on n’a rien à se reprocher. »

20h22 – Nicolas Sarkozy s’explique sur les soupçons de favoritisme concernant la nomination d’un haut fonctionnaire français à Monaco.

20h21 – « Je crois dans l’honnêteté et l’impartialité des magistrats de notre pays. (…) « Je ne demande aucun avantage particulier, aucun droit particulier. »

20h20 – Nicolas Sarkozy charge Christiane Taubira et Manuel Valls. « Manuel Valls a-t-il eu des juges au téléphone ? »

20h15 – « Tout justiciable a le droit à un juge impartial. »

« Est-il normal alors qu’il n’y a aucun indice grave ou concordant contre moi qu’on poursuive les écoutes sur l’ancien chef de l’Etat ? »

20h13 – « Les chefs d’inculpations sont grotesques. (…) Elles m’ont (ndlr : les deux juges d’instruction en charge de l’affaire) signifié trois motifs de mises en examen avant même d’avoir répondu à la moindre question. »

« Je suis profondément choqué de ce qui s’est passé.  » « Je ne suis pas un homme qui fuit ses responsabilités.  »

« Est-il normal que je sois placé en garde à vue durant 15h ? Ne pouvait-on pas me convoquer ? »

« Il y a eu une volonté de m’humilier en me convoquant sous le statut de la garde à vue. »

20h10 – l’interview débute.

« Tout es fait pour donner de moi une image qui n’est pas conforme à la vérité. (…) Je veux dire à ceux qui nous écoutent ou qui nous regardent que jamais je n’ai trahi leur confiance. Que jamais je n’ai commis un acte contraire au principe républicain ou à l’état de droit », a assuré Nicolas Sarkozy
« Il était venu pour moi le temps de m’expliquer, de prendre la parole. Et la nuit dernière qui me fut réservée m’a convaincu de la nécessité de le faire ici et maintenant. »

20h – TF1 et Europe 1 vont diffuser l’interview de Nicolas Sarkozy.

Pour la première fois depuis 2012, Nicolas Sarkozy sort de l’ombre et s’exprime enfin. Au lendemain de la garde à vue, l’ancien chef de l’Etat a accordé une interview à TF1 et Europe 1.
Il dénonce « une instrumentalisation politique de la justice ».

« Dans notre pays, qui est le pays des droits de l’Homme et de l’Etat de droit, il y a des choses qui sont en train d’être organisées. Les Français doivent les connaître et, en leur conscience et en toute liberté. »

« Je ne demande aucun privilège et, si j’ai commis des fautes, j’en assumerai toutes les conséquences. Je ne suis pas un homme qui fuit ses responsabilités ».

S’il est condamné, Nicolas Sarkozy pourra aussi, selon un document publié sur le site du ministère de la justice, au titre de l’article 432-17 du code pénal, voir sa peine assortie d’une peine complémentaire, prévoyant la déchéance des droits civils et civiques, l’interdiction d’exercer une fonction publique ou une profession, ou encore l’exclusion des listes électorales pour une durée limitée.

L’ancien président, qui s’est donné jusqu’à l’automne pour décider s’il fait son retour en politique, est au centre d’une information judiciaire ouverte le 26 février pour trafic d’influence et violation du secret de l’instruction sur la base d’écoutes téléphoniques qui l’ont visé, lui et son entourage.

Les enquêteurs soupçonnent un réseau d’informateurs au sein de la justice et de la police de l’avoir renseigné sur les procédures judiciaires le visant.

Immédiatement après sa mise en examen, plusieurs responsables de l’UMP sont montés au créneau pour défendre l’ex-président, dont Alain Juppé qui a souligné que M. Sarkozy est « bien sûr présumé innocent » et a dit espéré que « sa défense montrera son innocence ».
Le premier ministre Manuel Valls a quant à lui jugé que « la situation et les faits sont graves ».

l’Article a été lu [post_view time= »day »] fois aujourd’hui et lu [post_view] fois au total.

Vos réactions

Filed in