10:20 - samedi décembre 3, 2016

Kittel, c’était prévu…

Juil 7, 2014 242 Vues Cyprien B. 0 Commentaires
single-thumb.jpg

Troisième étape du Tour ce lundi entre Cambridge et Londres. Une étape de sprinters, quasiment plate, avec un final propice à une explications entre les flèches.

Cavendish ayant abandonné, Kittel était le favori avant le départ. Comme on pouvait s’y attendre, l’Allemand a remporté sa deuxième victoire en 3 étapes. Cette dernière escale en Angleterre a tenu ses promesses. A partir de mardi, le peloton sera de retour dans l’hexagone, avec une étape Le Touquet-Lille qui pourrait encore une fois se régler au sprint.

Les classements
La course

profil

Comme sur les 2 premières étapes, l’échappée matinale est partie dès le kilomètre 0, et encore une fois sous l’impulsion d’un coureur de la formation Bretagne-Séché Environnement. Aujourd’hui, c’est Jean-Marc Bideau (FRA) qui a lancé les hostilités, suivi par Jan Barta (CZE – NetApp). Le parcours n’étant pas propice à une échappée, les deux hommes n’ont jamais été rejoints par d’autres baroudeurs, ce qui ne leur a pas facilité la tâche pour aller au bout.

Le caractère inoffensif de ce duo lui a permis de rapidement rouler avec plus de 4 minutes d’avance sur le peloton, qui ne lui a toutefois jamais laissé davantage de marge.

Mis à part les quelques chutes et crevaisons qui ont rythmé les 155 km, aucun événement majeur n’est à signaler une fois l’échappée partie. Les deux hommes ont roulé à l’avant, et le peloton derrière, sans que rien ne vienne interrompre cette lente poursuite.

Le Breton est passé en tête sur la ligne du sprint intermédiaire, devant Barta. Coquard (FRA – Europcar), premier du peloton, a donc empoché 15 points.

A 25km de l’arrivée, voyant l’écart légèrement remonter, les coéquipiers du maillot jaune Nibali (ITA – Astana) se sont mis à rouler pour ne prendre aucun risque.

A 8km de la ligne, Bideau est repris par la tête du peloton. Barta, après une tentative de résistance, se laisse reprendre à 2 kilomètres plus tard. Le Tchèque portera demain le dossard rouge de combatif du jour.

A 3km de la ligne, le train de la Giant-Shimano prend la tête des opérations pour mettre dans les meilleures dispositions Marcel Kittel, qui s’impose devant tous ses concurrents au sprint. Sagan termine encore une fois second, devant Renshaw. Bryan Coquard échoue au pied du podium pour quelques centimètres. Brice Feuillu termine 9ème. Arnaud Démare, aux avant-postes dans les derniers mètres, se fait enfermer à 100m de la ligne et ne peut faire mieux 14ème.

Les réactions

Marcel Kittel « Émotionnellement, cette victoire est proche de celle des Champs-Elysées à Paris l’année dernière. Gagner sur «The Mall», j’en ai rêvé. Et même si je savais que j’avais des chances d’y arriver, il n’y avait aucune garantie que cela se fasse. C’est fantastique de gagner ici, sur la ligne d’arrivée le  public était incroyable. J’adore cette atmosphère. C’était un des sprints les plus rapides que j’ai jamais disputés. Mes équipiers ont fait un boulot incroyable avant cela. Avec cette pluie, tout le monde était terrorisé, mais je ne me suis pas déconcentré. A ce jour j’ai gagné deux étapes, mais je n’ai pas d’objectif précis en termes de victoires. Je verrai jour après jour, mais nous allons continuer de travailler dur pour en gagner d’autres. »

Vincenzo Nibali « La foule était exceptionnelle. Encore une étape totalement folle si l’on s’en tient au nombre de fans que nous avons rencontrés. C’était merveilleux de voir autant de sourires au bord des routes. Londres nous accueille d’une façon extraordinaire, et nous nous y attendions après les deux jours passés dans le Yorkshire. Avec mes coéquipiers, c’était une belle première journée de défense du Maillot Jaune, la course s’est très bien passée. Il a plu à la fin, mais je n’ai pas ressenti de danger. Ce serait autre chose sur les pavés s’il pleuvait après-demain. Mon but, c’est justement de passer cette étape sans problèmes, il faudra faire très attention. J’espère que mes  fans en Italie sont heureux de me voir en jaune. »

Jan Barta« J’ai vraiment essayé d’aller le plus loin possible, mais c’était trop dur. Dans les derniers kilomètres, je n’ai rien pu faire quand le peloton revenait sur moi. Et pourtant, j’ai fait le maximum. Ce qui est certain, c’est que j’aime bien Londres, je me souviendrai longtemps de cette journée. A deux nous avions peu de chances d’y arriver. Maintenant nous avons un leader pour le classement général, Leo Konig, et nous allons tout faire pour lui. Mais je vais peut-être réessayer d’aller dans une échappée, cette fois-ci pour aller au bout. » 

Peter Sagan : « J’espérais encore gagner, mais encore une fois il faut bien reconnaître que Marcel est très fort, c’est même le plus fort de tout le groupe des sprinteurs. Alors déjà, je suis très content de ne pas être tombé car c’était très dangereux avec cette pluie. Je trouve que Coquard est très bon, mais est-ce qu’il est un rival dangereux pour le maillot vert ? Nous verrons bien, mais cela dépend avant tout de qu’il réussira à faire sur la durée, car le Tour c’est toujours très long. »

Bryan Coquard « C’est vrai qu’il (Kittel, ndlr.) est très fort. Il est très bien emmené. Je suis un peu déçu car j’étais dans sa roue aux 700-800 m. Je me suis fait piquer ma place par Sagan. Ensuite, je n’ai pas pu vraiment faire mon sprint. J’ai attendu l’ouverture. Il est très fort mais personne n’est imbattable. Je tenterai ma chance à nouveau demain. Je crois que ce sera encore un sprint massif. L’équipe a bien travaillé pour moi, on a fait le sprint intermédiaire. Je joue le jeu à fond pour le maillot vert même si Sagan sera dur à battre. On a le temps jusqu’aux Champs-Elysées.  Il a un super train. Je vais regarder les images mais je crois que je me suis pris un coup de vent à 500m puis j’étais enfermé. C’est plus facile d’être déposé aux 200m. Moi, j’ai une équipe solide aussi. Kevin (Reza) a fait du super boulot. Je l’ai perdu à 10 km de l’arrivée. Ensuite, je l’ai vu revenir au kilomètre. On était à côté du train des Giant mais il était tout seul. Face à des grandes bêtes comme ça, ce n’est pas facile. Quatrième, je ne vais pas dire que c’est une satisfaction mais je suis dans la cour des grands. Dans un ou deux ans avec un peu plus de force, un peu plus de caisse, je pourrai passer les bosses et les étapes difficiles comme hier. C’est comme ça qu’on peut battre Sagan. J’ai l’impression que s’il décide de passer une étape, il passe. On joue le jeu pour l’avenir. Il faut bien que quelqu’un essaie de contester sa suprématie .»

Cyril Lemoine« Je dois bien reconnaître que c’était assez facile de défendre mon maillot à pois aujourd’hui. J’ai bien aimé cette journée, parce que ça représente toujours quelque chose de porter un maillot distinctif sur ce Tour : on a bien vu que même en début de course, il est très disputé. Demain je n’irai dans l’échappée que s’il y a quelqu’un susceptible de me prendre le maillot. Ensuite, c’est une bonne nouvelle que Cofidis ait un maillot distinctif sur l’étape de demain, puisque nous allons passer tout près du siège. J’espère que je pourrai le garder jusqu’à Gerardmer, mais ensuite je n’arriverai pas à le défendre dans la montagne. »

Andy Schleck« Ça va. Ce sont des choses qui arrivent. Je n’ai pas eu de chance, il ne pleuvait même pas. La route était sèche, mais un gars a fait un écart et je n’ai pas réussi à l’éviter et je suis tombé à pleine vitesse. J’ai perdu un peu de peau dans la bataille du côté droit, sur le bras, les hanches et le torse. Aucun spectateur n’était impliqué. Je crois que c’étais de ma faute. Sur la fin, c’était très dangereux, il y avait des trous dans le peloton. En principe, la règle des trois kilomètres s’applique, mais je ne pense pas que ce sera le cas. Nous avons perdu plus d’une minute, mais ce n’est pas fini. Le Tour ne fait que commencer, cela changera dans la montagne. »

L’étape de demain

Mardi, le peloton n’aura à parcourir que 163km pour rallier la Touquet au Stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d’Ascq, à quelques kilomètres du centre-ville de Lille, en faisant un petit crochet par les Flandres belges.
Comme aujourd’hui, la victoire devrait revenir à un sprinter. Le profil de l’étape ne devrait pas permettre à l’échappée d’aller au bout. Les favoris du général, quant à eux, devraient pouvoir se reposer sur un étape plutôt plate, mais devront tout de même faire attention aux bordures causées par le vent, fréquentes sur les étapes du Nord.

Marcel Kittel sera le grand favori, mais Sagan, Coquard ou Démare ne manqueront pas de batailler ferme pour passer la ligne en tête.

profil

l’Article a été lu [post_view time= »day »] fois aujourd’hui et lu [post_view] fois au total.

Vos réactions

Filed in