9:19 - dimanche décembre 4, 2016

Lauren Bacall : « The Look » a fermé les yeux à jamais

Août 13, 2014 208 Vues Eric F. 0 Commentaires
Dark_passage_trailer_bacall1_0_0

Grâce à son regard bleu, elle avait gagné le surnom fort seyant et flatteur de « The Look » (« Le regard ») à Hollywood. Mais c’est aussi pour sa voix, grave, qu’on l’identifiait immédiatement. Lauren Bacall a succombé hier, mardi matin, à un accident vasculaire cérébral. Elle avait 89 ans.

Un message posté sur le compte Twitter de la famille Bogart lui rend hommage en ces termes : « C’est avec un profond chagrin, et malgré cela, avec beaucoup de gratitude pour sa vie incroyable, que nous confirmons le décès de Lauren Bacall ».

Premier succès avec Humphrey Bogart

Née le 16 septembre 1924 à New York, Betty Joan Perske – de son vrai nom – apparaît pour la première fois à l’écran en 1944, aux côtés d’Humphrey Bogart dans Le port de l’angoisse du réalisateur Howard Hawks. Succès immédiat pour la jeune actrice : c’est l’amorce d’une carrière qui s’inscrira dans le durée (60 ans !) et approchera des 50 films tournés sans oublier de nombreuses apparitions à la télévision ou au théâtre.

C’est également le début d’une histoire d’amour entre les deux acteurs qui s’achèvera avec la mort de Bogart douze ans plus tard. Le couple – mythique – aura deux enfants.

Oscar d’honneur

Parmi sa filmographie étoffée, on peut citer Le crime de l’Orient ExpressKey LargoComment épouser un millionnaire. ou encore des prestations beaucoup plus récentes dans Prêt-à-porter de Robert Altman ou Dogville de Lars Von Trier. En 2009, l’actrice avait reçu un oscar d’honneur pour sa contribution indéniable à l’âge d’or du cinéma.

Pour la petite anecdote, Lauren Bacall est la fille unique d’immigrants juifs roumano-polonais de la famille de l’ancien président israélien Shimon Peres.

Bacall était saluée ou crainte pour ses revendications politiques qu’elle clamait haut et fort de concert avec Bogart. Elle avait notamment pris part à la protestation contre le McCarthysme dans les années cinquante et l’anathème jeté sur moult cinéastes américains soupçonnés de communisme. L’actrice, derrière son image glamour se revendiquait, troquant dents de lait contre crocs de loup quand il le fallait, farouchement démocrate et libérale.

l’Article a été lu [post_view time= »day »] fois aujourd’hui et lu [post_view] fois au total.

Vos réactions

Filed in