3:08 - mercredi décembre 7, 2016

Vers un poumon artificiel portatif révolutionnaire d’ici 5 ans ?

Sep 9, 2015 528 Vues Eric F. 0 Commentaires
Illustration de poumons / Pixabay

Le progrès aura-t-il un jour une fin ? La médecine repousse régulièrement les frontières du possible et les innovations à foison. La preuve d’aujourd’hui : la mise en place d’un poumon artificiel portatif sur lequel s’affaire toute une équipe de chercheurs français avec une projection d’ici 5 ans seulement sur les premiers patients qui pourraient en bénéficier. L’optimisme doit être roi au sein du centre chirurgical Marie Lannelongue, situé dans le département des Hauts-de-Seine (banlieue parisienne) et l’ébullition reine dans les laboratoires, où se joue son avenir. 2020 peut paraître une date précoce mais c’est le calendrier prévisionnel établi.

Le poumon artificiel est révolutionnaire, épargnant tout d’abord une chirurgie réputée des plus lourdes (nulle opération ne sera nécessaire car il ne sera pas implanté dans le corps et les poumons altérés resteront à leur place) grâce à un dispositif ingénieux, à savoir une ceinture sous la poitrine, selon Europe 1. Le Professeur Olaf Mercier, de l’hôpital Marie Lannelongue, le décrit ainsi : « On ajoutera un troisième poumon à l’extérieur du corps, fixé au niveau du thorax par une ceinture ou des bretelles ». L’idée est séduisante par son concept (nous attendons de voir le design) et simplificatrice au maximum pour l’usager (son quotidien demeurera agréable).

Voici le mode de fonctionnement de ce prometteur poumon artificiel : il se composera d’une batterie qui permettra, avec une autonomie d’utilisation optimale, d’alimenter l’appareil cardiaque en sang véhiculant l’oxygène, via une canule, ou en adoptant un terme plus familier : un tube. « La canule est la seule chose qui va rester à l’intérieur du corps » assure le Professeur Olaf Mercier. « Elle va aller jusque dans le coeur au niveau de la partie droite, pour prendre le sang sans oxygène, et au niveau de la partie gauche, pour redonner du sang à l’oxygène » Le bénéficiaire verra son corps, loin d’être lesté par un outil portatif gênant, porter un poumon synonyme de discrétion.

La transplantation pulmonaire est certainement la greffe la plus délicate à réaliser. Outre l’extrême technicité de la transplantation, les poumons sont des organes très fragiles. D’ailleurs, les dons de ces organes précieux ne sont pas légion. Le poumon portatif serait une alternative précieuse pour les personnes trop âgés ou à la santé trop chancelante. C’est déjà son premier avantage. Viennent aussi s’ajouter ses deux atouts que sont son autonomie (déjà évoquée plus haut) et sa facilité de transport loin de constituer un handicap tel qu’annoncé par l’équipe en charge de ce projet aux allures très futuristes. Bientôt, tous nos organes pourront-ils être remplacés de la sorte ?

Vos réactions

Filed in