2:13 - mercredi décembre 19, 2018

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, mort en héros

372 Vues Arnaud D. 0 Commentaires
Arnaud Beltrame
Le Lieuternant-Colonel, Arnaud Beltrame / Photo UNITE SGP Occitanie

L’expression est peut-être parfois galvaudée, mais elle ne l’est certainement pas à propos du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, mort en héros pour la France lors de la prise d’otages de Trèbes, dans l’Aude.

En effet, le lieutenant-colonel de gendarmerie s’était porté volontaire pour prendre la place d’une caissière otage à l’intérieur du supermarché de Trèbes. En professionnel avisé, il avait pu laisser un téléphone allumé sur une table, permettant ainsi ainsi au GIGN d’entendre ce qui se passait à l’intérieur du supermarché. Arnaud Beltrame était seul avec le terroriste, le djihadiste Radouane Lakdim, depuis deux heures et demie, lorsque les gendarmes du GIGN ont ainsi entendu des coups de feu et donné l’assaut. Cependant, selon la Dépêche, l’autopsie révèle que ce ne sont pas les coups de feu qui ont été mortels. Le gendarme a été victime d’une ignoble attaque à l’arme blanche, provoquant « une plaie gravissime de la trachée et du larynx » Transporté en urgence à l’hôpital de Carcassonne, il décéda de ses blessures samedi à l’aube.

Une carrière militaire de 23 ans

Agé de 44 ans, marié sans enfant, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame s’était engagé il y a 23 ans comme officier de réserve dans l’artillerie. Il était ensuite sorti major de sa promotion à l’Ecole militaire interarmes de Saint-Cyr Coëtquidan en 1999. Déjà à l’époque, selon l’Elysée, ses supérieurs avaient décelé en lui un militaire « qui se bat jusqu’au bout et n’abandonne jamais  ». Il était sorti également major de l’école des officiers de la gendarmerie en 2001.

En 2003, il avait été retenu avec six autres gendarmes sur 80 candidats pour intégrer le GSIGN, devenu plus tard GIGN. Il avait ensuite fait partie de l’Escadron parachutiste d’intervention de la Gendarmerie nationale (EPIGN), une autre unité d’élite. En 2005 notamment, il « avait effectué des missions extrêmement sensibles en Irak  », selon le général Lizurey cité par l’hebdomadaire.

Il était ensuite devenu commandant de compagnie au sein de la Garde Républicaine, et ainsi affecté pendant quatre ans à la sécurité du président de la République. Il avait également été promu commandant de la compagnie d’Avranches (Manche) jusqu’en 2014. Enfin, il était devenu conseiller auprès du secrétaire général du ministère de l’Écologie.  Il y était chargé de suivre les crimes environnementaux pour le ministre. C’est tout récemment qu’il était arrivé dans la préfecture de l’Aude, en temps qu’officier adjoint du groupement de gendarmerie départemental. Il avait été muté à sa demande pour se rapprocher de son épouse.

Un acte de bravoure à la hauteur de ses convictions

Au micro de RTL, la mère du gendarme a confié qu’il lui avait déclaré « Je fais mon travail maman, c’est tout . Et d’ajouter :  « Ça ne m’étonne pas de lui (…) Il a toujours été comme ça  ». Elle décrit son fils comme « loyal, fonceur, altruiste  ». « Sa patrie, c’était avant sa famille. C’était un passionné  ». Sur l’antenne de BFM TV, le général Lizurey a précisé que sa femme, vétérinaire de profession, était « sous le choc  » mais qu’elle avait confirmé qu’il était dans sa nature  « d’aller jusqu’au bout, d’être au service des autres  ».

Le père Jean-Baptiste accompagnait Arnaud Beltrame et son épouse Marielle dans leur préparation au mariage religieux, qui devait avoir lieu en juin prochain. Sur le site du diocèse, il a écrit : « Seule sa foi peut expliquer la folie de ce sacrifice qui fait aujourd’hui l’admiration de tous  ». « Il savait que, si sa vie commençait d’appartenir à Marielle, elle était aussi à Dieu, à la France, à ses frères en danger de mortJe crois que seule une foi chrétienne animée par la charité pouvait lui demander ce sacrifice surhumain  ».

Converti au catholicisme à l’âge de 33 ans (sa famille était peu pratiquante), le gendarme était également initié auprès de la Grande Loge de France. Philippe Charuel, grand maître de cette loge, précise que « quand on entre à la Grande Loge, on dit qu’on doit être prêt à donner jusqu’à sa dernière goutte de sang pour des valeurs, pour la République, pour la patrie. Il avait pesé cet engagement, qui n’est pas que symbolique  ».

Des hommages multiples

La population a rendu hommage au lieutenant-colonel de gendarmerie en déposant des bouquets de fleurs, des cartes ou des lettres de condoléance devant la caserne de gendarmerie de Carcassonne et le supermarché de Trèbes. Outre la messe qui a eu lieu dimanche en hommage aux victimes, ainsi que les nombreux hommages des politiques, Emmanuel Macron présidera la cérémonie d’obsèques nationale qui aura lieu mercredi aux Invalides et prononcera l’éloge funèbre.

Pour honorer la mémoire de son fils, sa mère demande à tous de « ne pas avoir peur, continuer de vivre, apprécier les moments de chaque jour : une fleur qui s’ouvre, la mer, la montagne, aimer la vie tout simplement  ». Quant à son frère, Damien Beltrame, il lui a rendu un hommage émouvant sur Facebook.

Mon frère,J'ai à peine pu te dire au revoir cette nuit..Tu t'es comporté dans tes derniers instants comme tu t'es…

Publié par Damien Beltrame sur samedi 24 mars 2018

Quand un "tag" exprime un hommage artistique grandiose…Bravo à l'artiste 7nuit pour ce graffiti réalisé en hommage au Colonel Arnaud Beltrame !

Publié par UNITE SGP Occitanie sur mardi 27 mars 2018

Vos réactions

Filed in