Close

Bretagne : Interpellé après avoir piraté la billetterie du Hellfest Festival

Hellfest

Le Hellfest festival / CC

Un jeune homme âgé d’une trentaine d’année est soupçonné d’avoir piraté la billetterie du Hellfest Festival, un évènement qu’il ne voulait pas rater !

Il voulait à tout prix ses places au point de commettre un délit. Un jeune homme de 30 ans, domicilié à Rennes et consultant en informatique, a été interpellé cette semaine par la police judiciaire de Paris, spécialisée dans la cybercriminalité.

Selon les informations de France Bleu, l’homme est soupçonné d’avoir piraté le site internet du Hellfest au moment de l’ouverture de sa billetterie pour l’édition 2020 du festival, le 9 octobre dernier.

Le Hellfest qui avait par ailleurs vendu l’ensemble de ces billets en l’espace de deux heures, provoquant la colère de nombreux festivaliers qui n’avaient pas pu s’acheter leurs précieux sésames. Toujours selon nos confrères, l’informaticien, serait parvenu à programmer l’envoi de 46.000 connexions simultanées dès l’ouverture des le lancement des ventes à midi, ce qui aurait saturé les serveurs de la société prestataire Weezevents qui a immédiatement bloqué les accès.

Il tenait à avoir absolument une place

Au cours de son audition, l’homme a expliqué aux enquêteurs qui tenait absolument a avoir une place pour le festival mais qu’il ne parvenait pas à aller au bout de la procédure d’achat une fois entré sur le site. France Bleu explique que : « Agacé et dans l’espoir de griller la file d’attente, il a mis au point et lancé un petit robot qui a paralysé le système. »

Ce « piratage » qui aurait conduit au bug informatique du site, a fortement énervé le directeur du festival, Banjamin Barboud qui « déplore les conséquences pour l’image du festival  ». Ce dernier aurait demandé des explications à la société prestataire en charge de la billetterie. Cette dernière réclamant ainsi une réparation financière, pendant l’audience de comparution immédiate qui devait avoir lieu ce vendredi après-midi au tribunal correctionnel de Bobigny (93), ajoute France Bleu.

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdits et seront immédiatement modérés par nos équipes.)

scroll to top