En octobre plusieurs centrales d’EDF dont une en déconstruction ont été survolées par des drones « sans conséquences sur la sûreté ni le fonctionnement des installations ».

D’après EDF, le premier drone a été repéré le 5 octobre au-dessus de la centrale en déconstruction de Creys-Malville (Isère). Suite à cet événement, d’autres aéronefs ont été vus au-dessus des centrales de Gravelines (Nord), Cattenom (Moselle), du Blayais (Gironde), du Bugey (Ain), de Chooz (Ardennes) et de Nogent-sur-Seine (Aube).

C’est entre le 15 et le 20 octobre, qu’on été aperçu la majorité des drones dans la nuit ou tôt le matin. À chaque fois qu’EDF en a détecté un, l’entreprise a porté plainte.

Vieux_panneau_danger_de_mort

Les premiers soupçons porteraient sur l’ONG anti-nucléaire Greenpeace mais cette dernière a diffusé un communiqué dans lequel elle demande des éclaircissements sur cette affaire en précisant que le site du Commissariat à l’énergie atomique de Sarclay a lui aussi été espionné. Greenpeace nie toute implication et demande l’ouverture d’une enquête sur ses vols suspects. Pour l’ONG, c’est un grosse opération qui se déroule sur la tête d’EDF :

     « Les survols incriminés ont eu lieu parfois le même jour sur quatre sites éloignés, Bugey, Gravelines, Chooz, Nogent-sur-Seine le 19 octobre par exemple, ce qui témoigne d’une opération de grande envergure ».

Des questions importantes restent encore sans réponse : qui est le responsable des vols de ces appareils ? Dans quel but ? Est ce une menace ou une prise de renseignement ?

l’Article a été lu [post_view time= »day »] fois aujourd’hui et lu [post_view] fois au total.

Vos réactions

Load More Related Articles
Load More By Mathilde F.
Load More In Actu

Découvrez aussi

Les conclusions du dernier rapport sur le tabagisme mondial en 2018

La Fondation pour un monde sans fumée (Foundation for a smoke-free world) a présenté, lund…