10:13 - vendredi décembre 2, 2016

Vous ressentez l’ivresse d’aimer : c’est la faute à l’ocytocine !

Mai 23, 2015 451 Vues Eric F. 0 Commentaires
Crédits Photo : Pixabay
Crédits Photo : Pixabay

Une étude émanant de la revue Neuroscience and Biobehavioral Reviews désormais consultable par tous et partout sur le Web se permet une comparaison de prime abord surprenante, comme un baiser osé, entre l’alcool et l’amour ! L’hormone de l’amour, qui répond au nom scientifique d’ocytocine, a sa place aussi bien chez un couple aux palpitants vibrant à l’unisson, que dans les relations affectives parents/enfants. Elle est commune à une famille dans son intégralité dont chaque membre la secrète pour le bien de tous ! Mais quel rapport avec l’alcool alors ? Il semblerait que l’ocytocine, tout comme ce dernier, soulève les barrières de l’inhibition !

L’’ocytocine, pour poursuivre dans ce sens, facilite la sociabilité en gommant le stress et les angoisses inhérentes à chacun et imposées par le carcan normatif et sociétal. L’ocytocine est comme l’alcool sous différents aspects : se sentir pousser des ailes, avoir des papillons dans le ventre, être en proie à un sentiment d’invincibilité ! Lorsque l’hormone de l’amour est sécrétée, les effets observés la concernant, avec attention par les auteurs de l’étude, sont les mêmes que ceux propres à l’alcool ! Il est cependant génial de deviner que l’amour qui peut provoquer un enivrement des sens sans bornes n’est pas néfaste contrairement à l’alcool, à hautes doses, sur la santé !

Pas néfaste ? Peut-être nous sommes nous avancés trop vite sur ce fait. Tout comme il y a un « alcool mauvais » (avec une violence qui peut être à la fois verbale et/ou physique),  l’ocytocine peut avoir les mêmes travers retors (désolé de noircir un peu le tableau qui était tout rose jusqu’à présent !) tout particulièrement lorsque la sécrétion côtoie ou vire à l’excès. Biologiquement, cette hormone est sécrétée par la glande pituitaire et elle est générée au niveau de l’hypothalamus. Les médecins soulignent son importance lors de l’accouchement, car elle serait responsable de ce lien magique et unique qui se tisse entre le nouveau-né et la maman !

Vos réactions

Filed in