10:19 - samedi décembre 3, 2016

Quand les matières fécales s’invitent sur votre brosse à dents !

Juin 6, 2015 10657 Vues Eric F. 0 Commentaires
Crédits Photo : Pixabay
Crédits Photo : Pixabay

Le mythe du brossage quotidien (si possible au moins deux fois par jour et pendant trois minutes au minimum) via la brosse à dents (dont le premier brevet à été déposé en 1850 aux Etats-Unis) pour lutter contre les caries, les maladies parodontales et la mauvaise haleine (halitose) vient de s’effondrer soudainement, suite à une étude aux conclusions propices à inspirer le dégoût, de l’Université de Quinnipiac (Connecticut) et relayée par le Sciences Daily ! En effet, des matières fécales seraient présentes, à des proportions diverses, sur cet instrument, de ce fait déchu de sa propension salvatrice à prodiguer de l’hygiène, que l’on vantait depuis des lustres, les dentistes en première ligne !

Ce sont les salles de bain partagées qui sont le plus pointées du doigt (dans 80% des cas, votre brosse à dents serait contaminée par des matières fécales dans ces lieux à la prolifération microbienne avérée à bien d’autres biveaux aussi). Même chez vous, les matières fécales swinguent sur vos quenottes, à hauteur de 60%, mais cela a un impact moindre pour votre propre santé comme le souligne Lauren Aber : « Il n’y a pas de risque lorsqu’il s’agit de votre propre matière fécale mais c’est le cas quand votre brosse à dents est contaminée par les matières fécales de quelqu’un d’autre, qui contient des bactéries, des virus et des parasites qui ne font pas partie de votre flore normale » !

Vous pouvez imaginez toutes les parades possibles, rien n’y fera ! Le rinçage à l’eau chaude ou froide a une efficacité zéro sur l’endiguement de la prolifération microbienne ! Le fait également de poser votre brosse à dents dans un petit pot à couvercle se révèle inutile et même encore plus dangereux, comme le déconseille Lauren Aber : « Cela crée un environnement où les bactéries se multiplient encore plus parce que les poils de la brosse restent humides. » On savait déjà que la bouche était un nid à bactéries (80 millions échangées par exemple lors d’un simple baiser entre deux amoureux !) mais voilà que l’arme, que l’on croyait fatale pour y faire face le plus possible, en rajouterait au lieu d’en détruire !

Vos réactions

News Feed
Filed in