6:54 - samedi avril 20, 2019

Paris : Un hommage national a été rendu aux 2 sapeurs-pompiers tués rue de Trévise

138 Viewed Virginie A. 0 respond
pompiers
Les pompiers Nathanaël Josselin et Simon Cartannaz, décédés au cours de l'explosion de la rue Trévise à Paris / Capture Youtube

Un hommage national a été rendu partout en France ce jeudi, aux deux sapeurs-pompiers tués lors de la violente explosion rue de Trévise à Paris ce samedi.

À Paris, samedi 12 janvier, une explosion liée à une fuite de gaz dans une boulangerie de la rue de Trévise dans le 9e arrondissement, avait causé la mort de quatre personnes, comme nous l’évoquions samedi dernier. Parmi les victimes, deux étaient des sapeurs-pompiers.

Jeudi 17 janvier, les sapeurs-pompiers de la caserne parisienne Château d’Eau ont accompagné Nathanaël Josselin et Simon Cartannaz tout au long de l’hommage national qui leur a été rendu en fin de matinée. Une cérémonie en présence des familles, du ministre de l’Intérieur et du chef des armées. Lors de cette cérémonie, les cercueils du sergent Simon Cartannaz et du caporal Nathanaël Josselin ont pris place dans la cour de la caserne. Les deux pompiers devaient également recevoir la Légion d’honneur à titre posthume.

Âgé de 28 ans, le sergent Simon Cartannaz avait intégré la brigade des sapeurs-pompiers de Paris depuis 2013. Le caporal Nathanaël Josselin aurait quant à lui fêté ses 28 ans dans un mois. En couple et père d’un garçon de 4 ans, il avait intégré les sapeurs-pompiers de Paris en 2014. Le commandant de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris a salué le courage de ses hommes qui « ont épargné des vies en demandant aux gens de rester chez eux et en effectuant un périmètre de sécurité avant de mourir ». Avant d’ajouter qu’ils auraient sauvé « une vingtaine de vies ». Les pompiers de Paris ont lancé une cagnotte pour soutenir les familles des deux sapeurs-pompiers.

« Le chemin qui s’annonce est long, difficile. Alors, quand le doute se fera trop grand, l’absence trop pesante, la douleur trop forte, rappelez-vous ce qui les animait. Rappelez-vous leur fierté de porter cet uniforme. Rappelez leur joie de pouvoir servir, aider, partager », a écrit sur Twitter le patron de la place Beauvau, avec quelques photos de la cérémonie.

Vos réactions : (Les propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdits et seront immédiatement modérés par nos équipes.)

Filed in