Close

Villeneuve-la-Garenne : Quatrième nuit de violences dans les Hauts-de-Seine

Paris

Illustration d'un véhicule de police / Pixabay

De nouveaux incidents ont éclaté la nuit dernière dans plusieurs quartiers des Hauts-de-Seine.

De nouveaux affrontements sont survenus cette nuit entre plusieurs petits groupes de jeunes et la police dans les Hauts-de-Seine mais également dans d’autres communes.


La tension n’est pas redescendue. Depuis l’accident de scooter impliquant un jeune et un véhicule de police, les heurts continuent d’éclater dans plusieurs communes d’Ile-de-France depuis trois nuits consécutives.

Les policiers qui ont procédé à l’interpellation d’une dizaine de personnes dont au moins trois mineurs pendant ces échauffourées dont sept à Clichy, deux à Rueil-Malmaison et une à Villeneuve-la-Garenne, fait savoir Le Parisien.

Par ailleurs, d’autres incidents se sont produits dans le même contexte à Meudon, Clamart, Asnières, Gennevilliers ou encore Nanterre, précise le quotidien.

En marge de ces émeutes, plusieurs véhicules et poubelles ont été volontairement incendiées.

Gennevilliers : Une école élémentaire incendiée

Cette même nuit, l’école élémentaire Paul Langevin B a été en partie incendiée. On ignore si l’incendie d’origine criminel est en lien avec les émeutes survenues dans un quartier différent de celui où est basée l’établissement scolaire.

De son côté, la commune a fait savoir qu’elle allait porter plainte. Plusieurs salles de l’école ont été partiellement endommagées par les flammes.

Pour Lajili Nasser, candidat aux dernières élections municipales de la ville, ces violences sont inacceptables. « Cet acte est inacceptable et abject,il doit être condamné avec la plus grande fermeté. » explique ce dernier sur ce compte twitter après avoir partagé une vidéo de l’école incendiée.

L’appel au calme du motard blessé

Stéphane Gas, l’avocat du motard gravement blessé à la jambe à Villeneuve-la-Garenne, a diffusé une vidéo dans laquelle on peut-y voir la victime lancer un appel au calme pour apaiser la situation.

« J’ai appris hier que vous avez cassé des voitures, brûlés des voitures. » explique le jeune homme sur son lit d’hôpital. « Je vous demande de rentrer chez vous, de vous calmer. La justice elle sera bien faite. » explique le jeune homme âgé de 30 ans.

De son côté, la préfecture de police de Paris a annoncé ce mardi soir l’interdiction d’acheter ou de détenir des feux d’artifices et autres produits pyrotechniques dans l’ensemble de l’agglomération parisienne, et ceci jusqu’au 27 avril.

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdites et seront immédiatement supprimées par nos équipes.)
scroll to top