Close

Paris : Une attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo fait deux blessés

Illustration de policiers / Unsplash

Une attaque est survenue ce vendredi matin devant les anciens locaux de Charlie Hebdo. Deux hommes se trouvent actuellement en garde à vue.

Attaque à l’arme blanche à Paris : Rappel des faits

  • Deux personnes attaquées à l’arme blanche devant les anciens locaux de Charlie Hebdo.
  • Un homme âgé de 18 ans comme étant le suspect principal de l’attaque a été interpellé puis placé en garde à vue.
  • Un deuxième homme âgé de 33 ans a été également appréhendé quelques instants plus tard. Ce dernier pourrait être lié à l’attaque survenue ce vendredi matin. L’individu est actuellement auditionné par les enquêteurs.

L’agression à l’arme blanche s’est produite aux environs de 11h50 sur le secteur du boulevard Richard Lenoir situé dans le 11e arrondissement de Paris. C’est ici que se trouvaient les anciens locaux de Charlie Hebdo visés par une attaque terroriste sanglante en janvier 2015.

L’attaque s’est produite rue Nicolas Appert. Selon les derniers éléments, deux personnes qui travaillent pour l’agence Première Lignes, un homme et une femme, ont été blessés par un homme qui était porteur d’un hachoir. Ce dernier les auraient attaqué devant les anciens locaux de Charlie Hebdo avant que celui-ci ne prenne la fuite. L’un occupe le poste de post-production quant à sa collaboratrice elle s’occupe des plannings des salles de montage.

Le journaliste co-fondateur de l’agence de presse a confirmé à BFMTV que les deux victimes étaient bien des journalistes de Premières Lignes. On ignore actuellement l’état de santé des victimes qui ont été transportées dans deux hôpitaux.

De son côté, la journaliste Elise Lucet s’est confiée en direct sur France 2, confirmant que deux de ses collaborateurs de la société de production Premières Lignes font partie des blessés dans l’attaque survenue ce vendredi matin à Paris.

Le principal suspect interpellé

Le parquet antiterroriste a été saisit des faits survenus ce vendredi matin dans le 11e arrondissement. « Une enquête a également été ouverte pour tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste, association de malfaiteurs terroriste criminelle. » précise la chaîne d’information.

Deux personnes ont été interpellées et se trouvent actuellement en garde à vue. Le premier homme a été appréhendé très rapidement après les faits. Âgé de 18 ans et d’origine pakistanaise (BFMTV), il serait le principal auteur de cette attaque qui a fait deux victimes. Un deuxième individu a été arrêté quelques instants plus tard. Âgé de 33 ans, il est actuellement en garde à vue. Il pourrait être lié à l’attaque à l’arme blanche survenue ce matin puisqu’il apparaît aux côtés du principal suspect sur les images de vidéo surveillance.

Le secteur est entièrement bouclé depuis cette fin de matinée. En plus d’un important dispositif policier, plusieurs véhicules de secours sont également sur place afin de s’assurer que d’autres personnes ne seraient pas blessées où réfugiées dans le secteurs.

Plusieurs établissements scolaires confinés

De son côté, le maire de Paris Centre, Ariel Weil, fait savoir sur son compte Twitter que des milliers d’élèves seraient actuellement confinés dans leurs établissements scolaires. Cela concerne des lycées, des collèges et des écoles.

« Tous les établissements accueillant des enfants de la zone 3/4 sont passés en mode confinement provisoire, comme une partie du 11e. Les enfants restent à l’intérieur. » précise ce dernier.

Cette nouvelle attaque intervient dans un contexte difficile alors que se tient actuellement le procès des attentats de Charlie Hebdo survenus le 15 janvier dernier. Sur Twitter, les équipes de Charlie Hebdo ont tenu à apporter leur soutien à leurs confrères de l’agence Premières Lignes. « Toute l’équipe de Charlie apporte son soutien et sa solidarité à ses anciens voisins et confrères @PLTVfilms et aux personnes touchées par cette odieuse attaque. »

Par La Rédaction

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdites et seront immédiatement supprimées par nos équipes.)
scroll to top