Close

Rouen. Alexandra, 42 ans, condamnée à dix ans de prison pour avoir tué son conjoint violent

Illustration / Pixabay

Elle avait mortellement blessé son conjoint violent en 2016 après lui avoir tiré dessus parce qu’il était violent.

Alexandra, 42 ans, a été condamnée à une peine de dix ans de prison à Rouen pour « violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner. »

Une peine lourde pour son avocate Nathalie Tomasini qui a également été le conseil de Jacquelines Sauvage, condamnée pour avoir tué son mari avant qu’elle ne soit graciée par François Hollande le 28 décembre 2016. « Je ne m’explique pas le verdict, je suis sous le choc. La peine est lourde. Alexandra n’est pas une criminelle. » a déclaré cette dernière comme le rapporte Le Figaro avec l’AFP.

LIRE AUSSI – Journée contre les violences conjugales : des chiffres encore alarmants

De son côté, l’avocate générale, Corinne Gérard avait requis dix ans pour « violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner », cette dernière qui avait déclaré : « Oui c’était un homme violent, mais vous ne pouvez pas répondre à la violence par la violence. »

Retour sur les faits :

Le 16 octobre 2016, Alexandra Richard avait tiré sur son conjoint âgé de 36 ans avait un fusil de chasse alors que le couple se trouvait à son domicile de Montreuil-en-Caux (Seine-Maritime). Ce dernier qui était sous l’emprise de l’alcool au moment des faits, avait menacé sa compagne de lui « défoncer la gueule. »

Cette mère de famille avait reconnu à la barre, avoir chargé l’arme mais ne souhaitait pas la mort de son conjoint. Alexandra qui avait précisé à la cour qu’elle souhaitait s’enfuir avec ses enfants, ajoutant qu’elle « regrettait tout ce qui s’est passé. »

L’avocate de l’accusée avait plaidé lors de l’audience : « Elle devait être à son service, que ce soit sexuellement ou pour les tâches ménagères. Il la considérait comme sa pute ou sa gouvernante. ». Alexandra qui de son côté avait ajouté « Même en prison, je dormais mieux qu’à côté de lui. Personne ne me frappait. »

L’accusée a désormais dix jours pour faire appel de ce verdict.

Par La Rédaction

Vos réactions : (Les insultes et propos racistes, homophobes, sexistes, handiphobes ainsi que les blagues stigmatisantes sont interdites et seront immédiatement supprimées par nos équipes.)
scroll to top